Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Sarah Ritter

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Sarah Ritter et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Sarah Ritter

Sarah Ritter, Sans titre

2010, impression jet d’encre sur hahnemühle, 60×90cm

Sarah Ritter, Sans titre, 2011

2011, impression jet d’encre sur hahnemühle, 60×90cm

Sarah Ritter, Sans titre

2010, impression jet d’encre sur hahnemühle, 60×90cm

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Sarah Ritter observe et prélève des instants auxquels elle confère une manière d’éternité. Ici un halo de fumée devant le visage d’une femme matérialise le souffle vital, là une aberration visuelle souligne la fragilité d’un arbre en fleurs. Ces images sans dramaturgie, ni spectaculaire fragmentent le réel, l’éclatent, sans que le spectateur puisse s’accrocher à une trame narrative. Pour autant, face aux photographies de Sarah Ritter le désir de fiction est partout. Les personnages, tout comme les objets contiennent une forme de gravité, sans pour autant que nous en percevions l’objet. Une violence latente, du type de celle qui traverse l’enfance, innerve les photographies sans jamais entamer leur fragile beauté. Les personnages semblent être détenteurs d’un secret ou être au seuil d’un événement, d’un point de bascule. La nature semble se faire l’écho de cette suspension. Pour son exposition au Centre Photographique, Sarah Ritter adjoint un diaporama aux tirages, intitulé Les jours à venir le seront toujours. La forme littéraire de ce titre inscrit le temps au cœur du travail de Sarah Ritter, où chaque image agit comme une ellipse et nous ramène toujours à la prégnance du présent. Chaque image est ainsi un nouvel élément d’une histoire qui affleure l’inconscient de celui qui la regarde. Les espaces, les corps, les choses, s’offrent et se dérobent dans un même temps, dans un va-et-vient entre fragilité et pesanteur, mélancolie et rugosité, dans un jeu de lutte avec l’invisible, l’indicible, par le photographique. L’œuvre de Sarah Ritter résiste à la seule volonté de circonscrire ou de dire, elle joue des paradoxes des affects propres à la condition humaine.

    Dates 09/09/2011 - 06/11/2011
    Domaines art contemporain
    photographie
    Période XXIe siècle
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (1)

    • christophe_h_perret

    Ils l'ont vue

    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.