Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
L’hommage à Delacroix

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition L’hommage à Delacroix et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

L’hommage à Delacroix

Henri Fantin-Latour, Hommage à Delacroix

1864, huile sur toile, 160 cm × 250 cm, Paris, musée d’Orsay

Henri Fantin-Latour, Immortalité

1889, huile sur toile, 116 cm × 87 cm, Cardiff, National Museum Wales

Henri Fantin-Latour, Autoportrait

1860, fusain, lavis, encore noire, 30.3 cm × 23.4 cm, Lille, Palais des Beaux-Arts

L’hommage à Delacroix

Fantin-Latour, Manet, Baudelaire

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Exposition au musée Eugène Delacroix : « Fantin-Latour, Manet, Baudelaire – L’Hommage à Delacroix » - 23/12/2011

    /

    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    1863, année du scandale du Déjeuner sur l’herbe de Manet au Salon des Refusés, est aussi celle de la mort d’Eugène Delacroix dans son appartement de la place de Fürstenberg. Choqué par la tiédeur des hommages officiels rendus à l’artiste lors de sa disparition, Fantin-Latour se lança dans la réalisation de son fameux Hommage à Delacroix pour le Salon suivant : toile-manifeste qui rassemblait une nouvelle génération d’artistes novateurs, et de critiques comme Baudelaire et Champfleury, autour de l’austère effigie du maître disparu. Manet, Whistler, Legros, Bracquemond et les autres n’étaient pourtant pas des disciples fidèles, mais en se plaçant sous son égide, ils revendiquaient une même liberté artistique face aux conventions. L’exposition du musée Delacroix retrace l’aventure de cette grande toile, sa conception, les variantes, les élus et les exclus. Elle relate cette fraternité artistiques à travers les œuvres croisées des artistes en présence et celles qui les rattachent à l’héritage de Delacroix. Au-delà, elle évoque la question des portraits de groupes d’artistes et des vues d’atelier comme lieu de sociabilité, à commencer par celui de Frédéric Bazille situé dans l’immeuble mitoyen. Enfin, l’exposition se conclura sur l’hommage officiel confié finalement au sculpteur Dalou, et sur celui, décidément hors norme, de Paul Cézanne, éclatante reconnaissance de la place de Delacroix comme porte drapeau de la modernité.

    Dates 07/12/2011 - 19/03/2012
    Domaines peinture
    littérature
    Site officiel Musée national Eugène Delacroix
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 18/03/2012

      très court. Et Fantin Latour n’est pas non plus le peintre du siècle…

    • ';
    • 09/01/2012

      Une exposition intéressante et classique sur la genèse d’une oeuvre : les recherches de Fantin-Latour (affectueusement appelé « Fantin » dans l’exposition), ses influences, ses raisons, sans oublier le contexte historique et artistique, où il est démontré que le jeune peintre a voulu créer un regard sur l’avenir plutôt qu’un simple hommage. Si le déclic est venu de la « rencontre » avec l’oeuvre de Frans Hals, il aurait été judicieux d’évoquer plus en détail le rapport entre la peinture de cette époque et les maîtres flamands et hollandais du 17e siècle, qu’on redécouvre précisément à cette date. J’aurais aimé lire par ailleurs une analyse ou un commentaire sur les tenants et aboutissants symboliques du tableau « Hommage à Delacroix ».

    • ';
    • 18/12/2011

      Pour ce tableau « hommage à Delacroix » tellement vu mais tellement beau. Pour la place avant d’entrée dans le lieu. Voir l’atelier d’abord, mais on vous y conduira avec beaucoup de gentillesse. Les autres salles à mon goût pas assez éclairées.

    • ';
    • 12/02/2012

      L’exposition, qui retrace l’histoire de la fameuse toile, se déroule dans le charmant musée Eugène-Delacroix, l’appartement-atelier où s’éteignit l’artiste. Tableaux, dessins préparatoires, esquisses peintes, correspondance et photos suivent le dédale de ses pièces. Le parcours labyrinthique n’enlève rien à la pertinence de la démonstration.
      Voir la critique complète >>

    • 11/02/2012

      Passionnante, cette exposition réunit toutes les pièces du dossier (dessins préparatoires, lettres, oeuvres adjacentes, photos…) et décortique avec conviction les rouages de ce formidable « coup de communication », comme on le dirait en cette période électorale. Le parallèle politique est évident.
      Voir la critique complète >>

    • 20/01/2012

      Impulsée par le don en 2007 d’une esquisse du tableau par la Société des amis du Musée du Louvre, l’exposition (…) retrace la genèse d’une oeuvre atypique, qui revendique l’importance du rôle tenu par Delacroix sur les jeunes générations, et sur l’histoire de la peinture. (…) L’exposition décrypte les liens, non évidents, entre le maître et ses admirateurs (…).
      Voir le site >>

    • 12/01/2012

      Le mystère de ces ambiguïtés et nuances s’éclaire dans l’exposition qui tourne autour de l’œuvre. Elle est organisée au sein de l’exquis appartement-atelier où s’éteignit Delacroix. Esquisses et études détaillent hésitations, tensions, compromis. Toute la diplomatie déployée par Fantin afin de synthétiser ce qui n’est pas une école mais un vaste et puissant mouvement pour plus de liberté.
      Voir la critique complète >>

    • 11/01/2012

      Installée et expliquée dans l’atelier du maître romantique, la toile-manifeste de la modernité exécutée par Fantin-Latour retrouve toute sa polysémie. (…) Autour de la toile-manifeste de la modernité prêtée par Orsay, Leribault livre pour la première fois l’intégralité du dossier: dessins préparatoires, esquisses peintes, correspondances, quelques photographies et plusieurs travaux ultérieurs sur le thème. Ce corpus permet d’expliquer nombre de détails troublants.
      Voir la critique complète >>

    • 16/12/2011

      Il est toujours fascinant d’entrer dans le processus créateur d’une œuvre. Le délicieux petit musée Eugène Delacroix présente, conçue par son directeur, Christophe Leribault, commissaire de la manifestation, une très intéressante exposition-dossier autour de l’Hommage à Delacroix (…). Exposition riche et passionnante de génétique picturale : autour d’une figure, d’un sujet, tout ce qui peut être dit et montré, l’est. (…) On ne saurait trop remercier Christophe Leribault de nous offrir cette exposition intelligente, au parcours parfaitement explicite grâce à des cartels lisibles et très bien documentés (…).
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (166)

    • varna
    • babelonflorens
    • mc.monfrais
    • laurefarantos
    • victran
    • diane-d
    • maxbonhomme
    • chloe.bringuier
    • noelle
    • jean.csap
    • joh-peccadille
    • choquene.laura
    • M.garnier.92
    • ophelie.soumbouleclerc
    • mhoulbert
    • rejane
    • epure
    • amdenn
    • julie.monne
    • autin.julie
    • felip19
    • baya_bouhired
    • cl.lafuente
    • narimane_koubache
    • morganeloar
    • gunnel.marielouise
    • Sylvain
    • adriane.tonlop
    • belphegor
    • PPP
    • celinajauregui
    • ghislaine.coquet
    • canipel.guillaume
    • isabellexgillet
    ...et 131 autres personnes

    Ils l'ont vue (46)

    • brokenglass
    • Simeonbrault
    • Djeepy1
    • Astrée
    • yavgfr
    • zoe
    • catherineterrien
    • Ro Ayeray
    • lea
    • eri
    • ciccio
    • olivierb
    • sebastien
    • VThJ
    • kvmarin
    • claudineh
    • billy-blossom
    • elodie-bouilloux
    • ju.fabiani.3
    • Patrick
    • dianegabb
    • goddesspeorth
    • florent.martin.9849
    • val.toscane
    • mariannebillery
    • lisa.roche
    • claireros
    • vv.zou
    • emmanuelle.prudor
    • esmee.s
    • emilie654
    • marina.caneve
    • camille.bari
    • clemence.godefroy
    ...et 11 autres personnes