Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Found in translation

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Found in translation et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Found in translation

Simona Denicolai & Ivo Proost, A Dream called MACBA, MOCA, MOMA, etc.

2010, vidéo, 9′19, affiches, déchets cartoonisés

Saskia Holmkvist, Blind understanding

2009, vidéo, 13′

Hedwig Houben, About the Good and the Bad Sculpture

2009, vidéo, 4′30

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Citation antonymique d’une locution anglaise bien connue (« lost in translation »), le titre de l’exposition joue sur l’ambivalence et la polysémie du mot en anglais. Celui-ci peut en effet se traduire en français autant par « traduction » que par « translation ». Le dénominateur commun de ces deux « traductions » réside dans l’approche étymologique du terme même de « translation », qui se réfère dans son origine latine à l’action de porter / conduire quelque chose, quelqu’un ou soi-même au-delà de son contexte usuel (de trans-fero-translatum). C’est ainsi que, par delà toute utilisation sémantique restrictive, le concept de translation est ici à appréhender dans un sens plus large, métaphorique, comme le déplacement subtil délibéré, d’un être, d’un signe, d’une pratique, d’une discipline ou d’un champ de connaissance, s’ouvrant à de nouvelles perspectives d’investigation, de recherche, de transmission et de perception. Par ce simple basculement d’une perspective ou d’un contexte donné à l’autre, s’opère en général un phénomène implicite et subtil de remise à plat, de questionnement de normes, de codes et de langages, de pratiques consacrés. Un phénomène qui, à notre sens, rend compte et caractérise bien des pratiques et recherches de l’art actuel. Par-delà toute approche générationnelle, nous nous trouvons en effet à une époque où le sens se love souvent dans l’interstice. Tout se passe comme si l’artiste créait et instillait le sens de son travail dans l’espace subtil et critique libéré par une sorte de « translation », dans le renversement, la citation, détournée ou non, la réappropriation ou le simple glissement de l’un des paramètres de l’œuvre, tant au niveau du processus de création que des dispositifs de présentation, communication ou encore de réception de celle-ci. Loin de se restreindre donc à une approche simplement « linguistique » du terme, c’est dans un foisonnement d’axes d’interprétations du concept que l’exposition se déploie : techniques, disciplines, contexte institutionnel, media, supports, codes et langage se voient, directement ou de façon plus médiatisée, tour à tour questionnés par les œuvres des artistes invités. Found in Translation, chapter L est le troisième volet d’un concept curatorial initié en janvier 2010 par Emmanuel Lambion. Chaque chapitre, identifié par une lettre index choisie de façon associative plutôt qu’alphabétique, s’intègre à un cycle qui, autour de cette problématique polymorphe, articule autant de déclinaisons spécifiques en fonction de contextes, lieux et formats différents.

    Dates 01/10/2011 - 08/01/2012
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique