accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Paysages vécus, paysages rêvés

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Paysages vécus, paysages rêvés et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Paysages vécus, paysages rêvés

Henri Martin, La Pergola.

Huile sur toile

Johan Barthold Jongkind, Vue du port d’Harfleur, 1850

huile sur toile, (Salon de 1850-1851)

Paysages vécus, paysages rêvés

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Sur les quatre-vingt-dix nouveaux tableaux accrochés dans le Grand Salon à partir du mois d’avril, quinze toiles et cinq cadres ont ainsi fait l’objet d’une intervention de restauration, qui s’inscrit dans le cadre d’une campagne pluriannuelle de restauration de tableaux en prévision de la réouverture du premier étage. Comme le précédent, consacré au portrait, le nouvel accrochage illustre une vaste thématique, particulièrement bien représentée dans les collections du Musée de Picardie : le paysage. C’est en particulier grâce à une donation et un legs extrêmement importants pour le musée que le genre peut être mis à l’honneur. La donation Lavalard, tout d’abord, faite en 1890, effective en 1894, dota le Musée de Picardie, entre autres chefs-d’œuvre, de plusieurs dizaines de paysages flamands et hollandais du XVIIe siècle (de Jan Fijt, Govert Flinck ou Van Ruysdael, notamment) et, en guise de pendants, d’un nombre également considérable de charmants paysages savamment composés par des maîtres français du XVIIIe siècle (Jacques de Lajoüe, François Lemoyne). Ce fut ensuite le legs du chanoine Dumont, en 1926, qui fit entrer au musée un ensemble significatif de paysages du XIXe siècle, sa préférence allant aux représentants de l’école de Barbizon (Théodore Rousseau en est un bon représentant dans cet accrochage). Si elle présente des lacunes importantes au regard de l’histoire de l’art, la collection de paysages du Musée de Picardie témoigne néanmoins d’une certaine histoire du goût et recèle d’innombrables trésors, parmi lesquels des tableaux de Jean-Honoré Fragonard, Gustave Courbet, Johan Barthold Jongkind, Pierre Patel, etc. Suivant un plan relativement chronologique, cet accrochage ne se départit pas d’une logique thématique. Ce sont naturellement les collections elles-mêmes qui ont dicté les thèmes dégagés sur les murs : ce sont elles qui guident le visiteur du paysage de convention du XVIIe siècle, écrin fastueux pour des figures ou des natures mortes, jusqu’au paysage fidèlement reproduit d’après nature et pourtant éminemment subjectif, des peintres de Barbizon au XIXe siècle. Paysages vécus, paysages rêvés… Pour tout paysage peint se pose la question de l’idéal et de la réalité, de l’imagination et de la vérité. Plus ou moins fidèle à la réalité observée selon les époques et les peintres, un paysage revêt toujours une forte dimension subjective et reflète par là même un regard singulier porté sur le monde.

    Dates 07/04/2011 - 30/03/2013
    Domaine peinture
    Périodes XIXe siècle, XVIIIe siècle, XVIIe siècle
    Site officiel Musée de Picardie
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (15)

    • noemie-ariste
    • zazaie
    • felip19
    • marion.chombartdelauwe
    • manguee
    • delphine-v
    • tutan04
    • claudine_malaquin
    • Genatte
    • Madison
    • jchristner367
    • alexandre.martinezperez
    • cecile.vdm
    • geraldine.w.amiel

    Ils l'ont vue (1)

    • corinne.deleforge0940
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.