Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Le trait en majesté

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Le trait en majesté et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Le trait en majesté

La Statue de Zeus à Olympie, Pierre BREBIETTE (Mantes, vers 1598-Paris, vers 1650).

Plume, encre brune, lavis gris, rehauts de gouache blanche oxydée, traces de sanguine.

Les Trois Grâces, Laurent de LA HYRE (Paris, 1606-1656)

Pierre noire et rehauts de craie blanche sur papier beige, 30.2 x 21.3 cm

La Défaite des Turcs en Hongrie par les troupes du roi (1664), Charles LE BRUN (Paris, 1619-1690)

Pierre noire, lavis gris.

Le trait en majesté

Dessins français du XVIIe siècle dans les collecti...

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Considéré à juste titre comme l’un des ensembles les plus importants du musée, les collections françaises abritent une réunion remarquable de feuilles qui permet de replacer les arts graphiques dans le contexte artistique de l’Ancien Régime. Aux sources de l’enseignement académique, le dessin joue un rôle fondamental : il apparaît comme l’expression d’un dessein supérieur qui dicte aux destinées de la peinture en codifiant sa forme – vêtements, expressions, corps, composition d’ensemble. Dans la querelle qui oppose au XVIIe siècle le trait à la couleur, le dessin devient l’expression par excellence du classicisme français. Organisé à l’occasion de la publication du catalogue Dessins français du XVIIe siècle dans les collections du musée Fabre sous la direction de Mathieu Gilles, cette exposition permet ainsi de remonter aux sources de l’art du Grand siècle. La collection du musée Fabre est en effet exemplaire de l’art du dessin au moment de la création de l’Académie et sous le règne de Louis XIV : si les oeuvres de Poussin, Le Sueur ou Le Brun sont justement célèbres, le musée Fabre conserve également des ensembles de dessins d’artistes moins connus qui appartiennent tout autant à leur époque que les maîtres du premier rang: le toulousain Raymond Lafage, Michel II Corneille ou encore François Verdier, qui permettent de véritablement entrer dans l’atelier de ces artistes. Grâce au travail de recherche mené sur ces collections, de nombreuses feuilles ont pu être attribuées à des artistes rares dont c’est parfois le seul dessin connu : Noël Cochin, Jacques Friquet de Vauroze (élève du Montpelliérain Sébastien Bourdon), Horace Le Blanc, Jean Mariette, Jean Nocret, Louis Testelin ou encore Baudouin Yvart.

    Dates 29/01/2011 - 15/05/2011
    Domaine arts graphiques
    Période XVIIe siècle
    Artiste Nicolas Poussin
    Site officiel Musée Fabre - Montpellier
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 11/05/2011

      Très belle exposition au parcours simple, didactique et esthétique. Les dessins sont magnifiques. Le film sur les techniques de dessins est très instructif.

    • ';
    • 01/03/2011

      Ce florilège couronne les recherches exemplaires condensées dans le catalogue raisonné de la collection, publié à cette occasion. (…) De son côté, le dessinateur Raymond Lafage (…) justifie à lui seul le titre bien choisi de l’exposition : « Le Trait en majesté ».
      Voir le site >>

    Ils ont envie de la voir (3)

    • ludovic.galerie
    • amduclosel
    • flespi

    Ils l'ont vue (1)

    • lmansuy
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.