Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Dans l’intimité des frères Caillebotte

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Dans l’intimité des frères Caillebotte

Martial Caillebotte, Maurice Minoret photographiant Jean et Geneviève Caillebotte Collection privée

Martial Caillebotte, Gustave Caillebotte et Bergère sur la place du Carrousel, 1892 Collection privée

Gustave Caillebotte, Pêche à la ligne, 1878

Huile sur toile, 157 x 113 cm, Collection privée

Gustave Caillebotte, Un Balcon, 1880

Huile sur toile, 69 x 62 cm, Collection privée

Gustave Caillebotte, Baigneurs, bords de l’Yerres, 1878

Huile sur toile, 157 x 117 cm, Collection privée

Dans l’intimité des frères Caillebotte

Peintre et photographe

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Dans l’intimité des frères Caillebotte - 23/06/2011

    /

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Dans l’intimité des frères Caillebotte dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    La mise en regard inédite des tableaux de Gustave et des photographies de Martial invite le visiteur à entrer dans l’intimité d’une grande famille parisienne et à plonger dans la nouvelle vie citadine qui s’installe à l’aube du XXe siècle. Les frères Caillebotte se font en effet les témoins d’une époque en pleine mutation urbaine et technique, mais aussi d’un art de vivre si souvent illustré par les artistes impressionnistes. La renommée de Gustave Caillebotte, connu pour son talent de peintre et son rôle de mécène auprès de ses amis impressionnistes, est établie. On sait également qu’une grande affection le liait à son frère Martial. Mais la personnalité de ce dernier, compositeur, pianiste et photographe, restait encore à découvrir. Récemment étudié, le fonds photographique de Martial témoigne d’une grande sensibilité pour des thèmes représentés dans les toiles de Gustave : les vues de Paris, les voiliers, les jardins ou les bords de l’eau. Cette découverte offre au Musée Jacquemart-André l’opportunité de faire ce qu’aucun musée n’avait encore proposé : confronter directement les photographies de Martial aux œuvres de Gustave. Grâce à des prêts exceptionnels de collections privées et publiques, l’exposition dévoile les affinités profondes qui unissaient les frères Caillebotte, en faisant dialoguer pour la première fois plus de 35 toiles et près de 150 tirages modernes. Ces tirages ont été réalisés à partir des originaux de Martial. Certains des tableaux, conservés dans des collections privées, n’ont jamais été présentés au public.

    Dates 25/03/2011 - 11/07/2011
    Domaines photographie
    peinture
    Période XIXe siècle
    Artiste Gustave Caillebotte
    Site officiel Musée Jacquemart-André
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 07/07/2011

      Un pur régal visuel.

    • ';
    • 04/07/2011

      Toiles lumineuses de Gustave face aux clichés presque documentaires de Martial. Proximité et complicité entre les frères emplissent les petites salles d’exposition du Jacquemart André, toujours aussi agréable.

    • ';
    • 03/07/2011

      Une bonne note pour la peinture, le contre jour d’une a manger en plein déjeuner ou les cadrages très photographiques. Les photos sont décevantes et ne valent a mes yeux que pour l’aspect documentaire sur le Paris Haussmannien.

    • ';
    • 02/07/2011

      très belle expo .

    • ';
    • 28/06/2011

      Très belle expo bien agencée de manière thématique. Seul bémol j’aurais aimé voir plus de photos de Paris à cette époque.

    • ';
    • 28/06/2011

      Une belle exposition riche et documentée. Il est très intéressant et touchant de voir l’osmose qui liait les deux frères Caillebotte dans leur vie quotidienne et artistique. Et le musée Jacquemart André reste un endroit magique (même avec 35°).

    • ';
    • 28/06/2011

      Très jolie expo mais le plaisir est émoussé par la petitesse des salles, comme d’habitude au musée Jacquemard André. Il serait bien que les organisateurs se penchent sur ce problème. Laisser entrer trop de monde dans ce petit espace rend les visites insupportables. Dommage pour les oeuvres qui valent le détour. Un conseil : prenez vos billets à l’avance et tablez sur des plages horaires peu prisées, si possible !

    • ';
    • 22/06/2011

      Exposition très intéressante qui fait découvrir le photographe et revoir le peintre. Bien sûr, il y a trop de monde pour de si petites salles mais pourtant l’ambiance du musée Jacquemart-André convient tout à fait à ces deux artistes…

    • ';
    • 12/06/2011

      Passionnant les échanges de regards entre les 2 frères et la réflexion sur la composition photographique des peintures de Gustave.

    • ';
    • 17/05/2011

      Le Musée Jacquemart André est le cadre idéal pour les oeuvres des frères Caillebotte. En effet, ces grands-bourgeois parisiens ont habité, peint et pris en photos les façades, intérieurs et vues de balcons des immeubles haussmanniens du quartier. A première vue, on pourrait vouloir opposer les photos sepia de l’un aux toiles colorées de l’autre. Mais tous deux ont sû s’émanciper de la stricte société de la fin du XIXème pour représenter ce qu’il y a de plus moderne : l’architecture métallique, le chemin de fer, les nouveaux quartiers de Paris, ainsi que les bords de Seine où l’on allait en train. Certes, les tableaux les plus connus de Gustave sont absents (Les Raboteurs de Parquet, par exemple) mais l’exposition est très bien présentée et pas trop longue. La difficulté essentielle reste l’affluence…

    • ';
    • 09/05/2011

      Très belle expo. Toutes les plus belles pièces ne sont pas là mais c’est très beau. Les salles sont petites donc prévoir si possible de faire l’expo en dehors des heures de rush

    • ';
    • 07/05/2011

      la petitesse des sales et le monde ne permet pas d’apprécier à leurs juste valeurs les oeuvres exposé dans cette exposition, car les tableau présenté sont absolument magnifique, les photographies quand à elle sont tout juste sympathique (selon moi). La visite est relativement rapide, dut au manque de note explicative pour chacune des toiles et l’abondance de personne dans les « couloirs » qui devient vite insupportable. l’exposition est néanmoins très bonne.

    • ';
    • 07/05/2011

      petite expo, mais de belles toiles, effectivement un peu trop de monde mais j’y retournerai en espérant qu’il y ait moins de monde :)

    • ';
    • 04/05/2011

      Une exposition assez courte, présentée dans de petites salles exiguës et bondées. Les photos n’ont que peu d’intérêt (photos de famille amateur) et côté peinture, les célèbres raboteurs de parquet sont absents.

    • ';
    • 04/05/2011

      Excellente exposition avec des tableaux sortis tout droit de collection privée, un seul bémol, le manque de recul pour apprécier les œuvres, mais on peut difficilement pousser les murs de ce magnifique musée

    • ';
    • 03/05/2011

      http://www.zoealsorises.tumblr.com

    • ';
    • 02/05/2011

      Expo laissant une charmante … impression !

    • ';
    • 27/04/2011

      Belle Expo, pour une fois l’espace étroit des expos temporaire du musée est un point positif, il permet de plonger dans l’intimité des deux frères. Belle Expo, l’idée de la loupe pour mieux voir les photographies est excellente. Beau voyage dans le quotidien de la fin du XIXe. Remontez le temps …

    • ';
    • 24/04/2011

      Un instant magique…

    • ';
    • 19/04/2011

      Expo courte mais belle. Dommage qu’une visite le samedi devienne si désagréable dans le musée. Trop de monde, trop chaud, salles trop exigües… Un dernier point, le café en bas est, parait-il très sympa, mais le soir, il ferme avant le musée. Dommage…

    • ';
    • 17/04/2011

      Beaucoup de monde ; privilégier les nocturnes. Peu de recul possible pour admirer les oeuvres de Caillebotte Gustave tant les salles sont petites. Certaines de ses oeuvres manquaient à l’appel : les parapluies et les raboteurs de parquet. Mais qu’importe car ce fut un grand moment de poésie. Le catalogue vaut également la peine.

    • ';
    • 09/04/2011

      Exposition trop courte mais intéressante. Belle mise en lumière des tableaux de Gustave mais les photos ne sont pas bien mises en avant. L’expo aurait mérité d’être un peu plus grande (les salles sont petites)

    • ';
    • 05/04/2011

      Tres belle exposition. Toutes les facettes etaient representees y compris les moins connues

    • ';
    • 05/04/2011

      Une jolie exposition qui rime avec printemps. Un peu courte, cependant, mais c’est toujours le cas quand on passe un bon moment.

    • ';
    • 05/04/2011

      Belle exposition, mais que j’ai trouvée un peu courte. Les tableau de Gustave Caillebotte son magnifiques. Les photos de Martial nous permettent d’entrer dans l’intimité de la famille et font revivre les petits riens du quotidien qui nous replongent dans cette époque. Un inconvénient cependant, les salles n’étant pas très grande mieux vaut éviter d’être présent lors d’une visite guidée si l’on veut profiter pleinement des œuvres. La conférencière est cependant très intéressante et apporte une dimension complémentaire à l’exposition.

    • ';
    • 16/06/2011

      C’est une exposition riche : sur la soixantaine de toiles de Gustave environnées sans didactisme par les photos de Martial, beaucoup sont splendides, presque toutes viennent de collections particulières. (…) Dans chaque section, quelques chefs-d’œuvre discrets.
      Voir la critique complète >>

    • 01/06/2011

      A la découverte de l’aventure menée par les deux frères chacun sur leur terrain, l’exposition parisienne s’organise autour de trois thèmes : Paris en perspectives, au fil de l’eau et intimité familiale. A travers les oeuvres de l’un et de l’autre, elle est l’occasion de brosser le portrait tant d’une ville en pleine transformation que de cette bourgeoisie du dernier tiers du XIXe siècle. (…) De cette période riche en changements et inventions plastiques de toutes sortes, l’exposition du Musée Jacquemart-André rend compte avec précision et justesse.
      Voir le site >>

    • 28/04/2011

      A travers cette exposition, se dessine l’histoire d’une complicité, car les deux frères, étroitement liés, partageaient ce même goût de la vie moderne et des scènes familiales. Mais pas la même ambition artistique. Les clichés de Martial constituent d’émouvants témoignages d’époque. Les tableaux de Gustave sont ceux d’un grand peintre.
      Voir la critique complète >>

    • 16/04/2011

      Ne boudons pas notre plaisir : c’est un vrai bonheur de partager avec Gustave ces moments d’un bonheur désormais perdu. (…) Mais il est vrai que le projet de confrontation ne s’imposait pas, sinon pour éviter de faire à Paris une nouvelle « rétrospective », fut-elle dans le cas présent, bien plus que cela puisqu’elle offre au regard des œuvres rarement exposées – et bien moins parce qu’elle fait l’impasse sur nombre de grandes toiles publiques.
      Voir la critique complète >>

    • 15/04/2011

      Le parcours thématique, simple mais efficace, confronte tableaux et tirages modernes de la fratrie. Les rues de Paris, les portraits de famille et d’amis, les maisons de campagne, les lignes de chemins de fer et les berges de la Seine, tous les aspects de la peinture de Caillebotte sont évoqués au fil des salles. (…) En contrepoint, les clichés de Martial (…) apparaissent dans la lignée des recherches de composition du peintre impressionniste.
      Voir le site >>

    • 01/04/2011

      Elle rappelle que l’avant-gardisme a pu être le fait de grands bourgeois au train de vie luxueux. (…) L’exposition, d’une belle richesse, manifeste cette unité de façon très pédagogique. L’accrochage par thèmes met en rapport les images du cadet – des retirages récents – et les toiles de l’aîné. (…) Dès l’entrée, la section des vues donne une leçon de subtilité visuelle ; la suite est réjouissante.
      Voir la critique complète >>

    • 25/03/2011

      Le scénographe Hubert Le Gall a agrandi quelques photographies à l’extrême pour créer les cimaises et l’accrochage, sobre et aéré, intensifie encore l’impression de pénétrer dans l’intimité des Caillebotte. On y capte alors l’insouciance heureuse de la grande bourgeoisie parisienne en cette fin du XIXe siècle. Une exposition gaie et fraiche aux couleurs du printemps.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (328)

    • daniepostel-vinay
    • jodye
    • vbo75
    • flomaes
    • geoffroy.guigou
    • dominique.branger
    • agnes
    • nanou
    • hadrien
    • celiaconil
    • annedk
    • elsaforin9989
    • sophie
    • gregoire.lefevre1
    • babelonflorens
    • ewratislav
    • mpeissik
    • a.benhayoun
    • louise.gombert.5
    • marion
    • livia37
    • jcs
    • victran
    • zenon
    • fccf.newsletter
    • Dee D.Haze
    • elodie.jarrier
    • CM
    • dufilsaudrey
    • liliceram
    • arnaud-lefeuvre
    • annelise.paillet
    • chloe.bringuier
    • caoloun
    • anne.pauline.mathieu
    ...et 293 autres personnes

    Ils l'ont vue (169)

    • nicolasdeleudeville
    • papposilene
    • brokenglass
    • varna
    • petitece
    • aureliebracquart
    • mc.monfrais
    • laurefarantos
    • jchden
    • sandou2b
    • Argonaute du Pacifique
    • nils.nog
    • morgan.hubert.5
    • celbaurain
    • flore
    • n.hoang
    • julia-pentecouteau
    • joh-peccadille
    • sylvainlienard
    • snowsev
    • claire.pierre4
    • ma
    • bolivar70
    • cyrielledeb
    • catherine.guillemin
    • olivier2236
    • jade.jutrovic
    • xjgs
    • c.papp
    • Djeepy1
    • astridpas
    • STEPHANIE
    • noemiearnoux.delodi
    • aurore.hondet
    • clyneb
    ...et 134 autres personnes