Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Odilon Redon

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Odilon Redon et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Odilon Redon

Profil sur méandres rouges Odilon Redon musée d’Orsay, Paris

pastel, 52 x 36 cm vers 1900

Araignée ou araignée souriante Odilon Redon musée d’Orsay (fond au département des arts graphiques du musée du Louvre), Paris

49,5 x 39 cm, fusain, estompe, traces de gommage, grattage (rayures) et fixatifs sur papier vélin 1881

La cellule d’or, Odilon Redon British museum, Londres

huile et peinture métallique dorée sur papier préparé en blanc, 30,1 x 24,6 cm 1892 ou 1893

Odilon Redon

Prince du Rêve (1840-1916)

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Rodolphe Rapetti, commissaire de l’expo Redon - 1/04/2011

    Redon à Fontfroide - 5/04/2011

    /
    précedent

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Odilon Redon dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Figure essentielle de l’art au tournant des XIXe et XXe siècles, Odilon Redon (1840-1916) a profondément marqué la génération symboliste, notamment par ses Noirs que célébrèrent les plus grands critiques, avant d’être admiré par les jeunes peintres de la couleur, Nabis et Fauves. L’exposition des Galeries nationales représente pour le public parisien une véritable redécouverte de cet artiste, sans doute le seul peintre français de cette importance à être aussi peu connu dans son pays natal. Quelques grandes monographies ont été organisées à l’étranger ces dernières années (notamment Chicago et Londres, 1994 ; Francfort, 2007). Cette rétrospective, la première à être consacrée à Redon à Paris depuis celle organisée en 1956 à l’Orangerie des Tuileries, constitue un événement majeur pour l’actualisation des connaissances sur l’artiste. De nombreuses oeuvres et documents inédits y sont présentés. L’exposition réunit quelque 170 peintures, dessins, pastels et fusains ainsi qu’un ensemble très important de l’oeuvre gravé et lithographié de Redon, grâce au concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France, soit environ 110 estampes, dans un parcours chronologique qui s’attache à mettre en évidence l’évolution du peintre, de l’époque angoissée des Noirs jusqu’à la profusion colorée de ses dernières oeuvres. Enfin des documents d’archives (photos, lettres, revues, ouvrages) permettent de reconstituer les liens de Redon avec le monde intellectuel de son temps.

    Dates 23/03/2011 - 20/06/2011
    Domaines peinture
    arts graphiques
    Période XIXe siècle
    Artiste Odilon Redon
    Site officiel Galeries nationales du Grand Palais
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 22/06/2011

      extraordinaire!

    • ';
    • 19/06/2011

      Une belle découverte ! Expo passionnante.

    • ';
    • 17/06/2011

      Très belle expo! Très grand artiste! Les panneaux d’exposition en revanche ne sont pas d’une grande clarté!

    • ';
    • 08/06/2011

      l’expo tient ses promesses; même si certains noirs (les fusains en particulier,mais loins du niveau de ceux de Seurat) sont de très haute tenue, c’est l’intrusion de la couleur qui crée le ravissement de la visite. Le panneau de la salle à manger du Château de Robert de Domecy (Yonne) vaut à lui seul le déplacement !!

    • ';
    • 05/06/2011

      Une exposition magnifique pour ce vrai « prince du rêve ». L’exposition est très bien organisée, l’oeuvre de Redon est très bien présentée et expliquée. J’ai particulièrement aimé les pastels et peintures en couleurs, sublimes!!

    • ';
    • 03/06/2011

      Bien sûr, on n’entre pas forcément dans l’univers bizarre, ésotérique, occultiste, symboliste (« surréaliste » ?) où Odilon Redon veut nous entraîner. Cela n’empêche pas d’apprécier la qualité de ses « Noirs ». Mais l’exposition permet aussi d’admirer les étonnantes harmonies découvertes par Redon dès qu’il se met à la couleur. Là, l’étrange cède la place au féérique.

    • ';
    • 28/05/2011

      2oeuvres distinctes : les « noirs » constitués de dessin et d’oeuvres gravées : le dessin y est assez sommaire mais les compositions créent un univers très sensible mais parfois inquiétant. Puis, OR opte pour la couleur, occasion de produire des compositions audacieuses.

    • ';
    • 25/05/2011

      Cette expo est INCROYABLE ! J’ai été éblouie ! On peut voir l’évolution de cet artiste grâce à une organisation de l’espace et des oeuvres vraiment très bien pensée : expo chronologique qui nous permet de nous repérer dans le temps tout en marchant et en découvrant les « Noirs » du début, les « albums lithographiques », et enfin le passage à la couleur, aux pastels… J’ai découvert Odilon Redon grâce à cette expo et vraiment j’ai été comblée, on ressent toute l’imprégnation de Mallarmé, de Baudelaire, de Poe, de Gauguin pour les pastels, enfin bref, un symbolisme à l’état pur… Et toute la période des « Noirs » et de la lithographie parle à nos rêves, pour certains à nos cauchemars en ce qu’ils ont quelque chose d’un peu effrayant mais jamais la peur ne submerge, au contraire on prend un plaisir fou à sentir la curiosité naitre dans nos esprits en découvrant une araignée qui sourit, un oeil dans une fleur, un centaure ou un ange déchu. Des images reviennent souvent chez Odilon Redon : l’oeil, la cellule, la sphère… On sent une sorte d’obsession qui nous parle, une mélancolie, un rêve fou, ou comme le diront certains un «frisson nouveau ». Et dès qu’on passe à la pièce des pastels, on découvre cette phrase du peintre : «je me suis marié avec la couleur, depuis je ne peux plus m’en passer ». Il est véritablement le «Prince du Rêve ».

    • ';
    • 25/05/2011

      Une belle exposition, qui permet de partager l’univers d’Odilon Redon. Ces pastels surtout sont les oeuvres les plus marquantes à mon sens. Je recommande la visite en nocturne, car il y a avait très peu de monde dans les salles (très agréable). Par contre, la scénographie avec ses couleurs fades est déplorable.

    • ';
    • 17/05/2011

      Remarquable présentation des gravures à plat, par albums.Magnifiques salles de peintures à la fin. L’exposition permet de découvrir dans les meilleures conditions cet artiste ami de Huysmans, précurseur du Symbolisme , qui jugeait les tableaux des Impressionnistes « bas de plafond »…De plus, il y a très peu de monde, c’est vraiment agréable.

    • ';
    • 15/05/2011

      Belle expo et belle découverte pour moi de cette oeuvre : du noir et des couleurs, de la lumière dans la nuit, du songe, du rêve …Vive la nuit des musées !!

    • ';
    • 13/05/2011

      Moi je n’ai pas été très emballé, j’y suis allée sans connaître, et j’ai été surprise par son traitement incroyable de la couleur! Mais bon, il faut aimer les fleurs, mais ça, c’est l’artiste lui-même. Sinon, expo très bien, un peu sombre au début. http://flagadamaow.over-blog.com/article-odilon-redon-au-grand-palais-72919499.html

    • ';
    • 11/05/2011

      Exposition très complète, même si, comme d’autres l’ont dit, il manquait des explications et peut-être quelques analyses plus poussées de dessins et toiles…

    • ';
    • 11/05/2011

      Comme d’habitude, les expos du grand palais sont très complètes et réussies. Mais un petit bémol néanmoins, l’absence de certaines oeuvres majeures

    • ';
    • 07/05/2011

      Exposition très complète, malgré un manque d’explications que le catalogue devrait combler :) Les oeuvres étaient clairement réunies par thème, et si je connaissais Odilon Redon pour son travail sur les pastels (bouquets de fleurs, coquillage) j’ai découvert avec plaisir ses « noirs » : ses hommages à Poe et Goya, son araignée à 10 pattes, ses monstres. La reconstitution du salon qu’il a décoré était une bonne idée.

    • ';
    • 06/05/2011

      Mais où étaient les belles oeuvres d’Odilon Redon. Celles qui font rêver

    • ';
    • 06/05/2011

      J’y ai été sans connaître particulièrement et ça à été le coup de foudre pour certaines choses, notamment les noirs & les lithographies. Un univers très illustratif, fantaisie, onirique et sombre à la fois. Exposition très riche en oeuvres diverses et variées.

    • ';
    • 05/05/2011

      J’y suis allée pour les belles et sombres esquisses et j’y ai découvert sa période couleurs, d’une luminosité et d’une beauté incroyable. Grand coup de coeur pour le salon reconstitué avec ses peintures murales.

    • ';
    • 02/05/2011

      belle expo, qui porte bien son titre ‘prince du rêve’ voire des cauchemars

    • ';
    • 29/04/2011

      Ce serait sublime avec un meilleur éclairage (trop de reflets), en particulier sur certains « Noirs » et quelques pastels.

    • ';
    • 29/04/2011

      Un monde à part, impressionant, mais il faut y entrer. Une technique au fusain pour un rendu incroyable.

    • ';
    • 28/04/2011

      Pour faire amis amis avec ses tourments. A voir absolument!

    • ';
    • 26/04/2011

      Quel bonheur de redécouvrir cet artiste parfois méconnu….

    • ';
    • 18/04/2011

      A voir pour le velouté des pastels qu’aucune photo ne peut rendre. Un feu d’artifice de pigments à l’état pur. Gros regret cependant que les collections particulières et les Musées étrangers aient si peu prêté leurs oeuvres…

    • ';
    • 17/04/2011

      Belle rétrospective d’un peintre méconnu et passé inaperçu à côté des impressionnistes particulièrement médiatisés. On est saisi par la modernité des oeuvres et leur influence sur Dali et Magritte.

    • ';
    • 17/04/2011

      Un seul mot : superbe. Rien à redire pour cette exposition sans faute et vraiment agréable à parcourir. Une plongée Dans le rêve…

    • ';
    • 17/04/2011

      Des œuvres superbes, des Noirs qui font rêver, des couleurs inattendues et extraordinaires, une très bonne muséographie: à ne pas manquer.

    • ';
    • 13/04/2011

      Magnifique exposition où le merveilleux côtoie le rêve. Odilon Redon artiste méconnu du grand public mérite d’être découvert. Ses fusains et ses pastels nous parlent de lumière, celle que nous ne pouvons voir que les yeux fermés. Je vous conseille des les ouvrir très grands, pour découvrir un artiste qui n’a pas été exposé dans la capital depuis un demi siècle. À voir à tout prix

    • ';
    • 03/04/2011

      Une plongée dans le rêve, ou des fanstasmagories en noir et blanc viennent nous hanter après le premier regard, tel ce visage derrière les barreaux ou celui-ci illuminant une fenêtre. Un plus de l’exposition des lithographies présentées dans leur intégralité.

    • ';
    • 31/03/2011

      La partie sur les « Noirs » est à mon goût un peu longue.. Mais les explications sont claires et les pastels sublimes!

    • ';
    • 30/03/2011

      il existe tellement de plus belles choses de Redon

    • ';
    • 27/03/2011

      La partie « couleur » est remarquable..

    • ';
    • 24/03/2011

      L’exposition commence par « Mon portrait ». Le ton est donné pour cet artiste qui joue avec son imaginaire et le notre, avec les mots à en rendre envieux Mallarmé. On comprend pour quoi. Toute la première partie de l’exposition se focalise, chronologiquement, sur ses « Noirs ». Des albums de lithographies et de fusain qui nous amènent aux pays (pluriel) des songes. Son œuvre est très moderne, faisant parfois penser au baron de Münchhausen avec ses têtes flottantes ou à Beetlejuice avec ces araignées souriantes. Les titres sont particulièrement touchants quand ils les inventent ou parfaitement mis en valeur par la lithographie quand il s’agit de citations d’artistes révérés. « L’oeil comme un ballon bizarre se dirige vers l’INFINI », « La mort : mon ironie dépasse toutes les autres »… L’album sur la Tentation de Saint-Antoine est pour moi sublime. On passe ensuite aux pastels, au réveil à la lumière, à la couleur, et quelle intensité sur certaines ! En revanche, j’ai trouvé cette partie plus inégale, trouvant les arts décoratifs et les compositions florales plus quelconques. Mais comme d’habitude au Grand Palais, la dernière salle est très réussie avec notamment un « Cyclope » qui m’a beaucoup étonné. Pour résumer, exposition très complète avec une approche chronologique judicieuse pour cet artiste du symbolisme tellement en avance sur son temps.

    • ';
    • 23/04/2011

      Lorsqu’il enlève de la peinture, Redon est génial. On le voit de manière frappante dans ses fleurs. Lorsqu’elles sont au pastel ou qu’il pastellise son huile, (…) sa touche est légère, et les fleurs semblent d’une matière nouvelle, entre le coton et le crépon, aussi prodigieuses que ses monstres. Odilon Redon est un homme pour qui les araignées sont des fleurs, et vice versa.
      Voir la critique complète >>

    • 19/04/2011

      Ses fusains et estampes creusant le noir sont réunis au grand complet, avant la brusque explosion des pastels. Un merveilleux cauchemar. (…) Passée cette pénombre biliaire, la lumière éclate. Nabis et fauves admireront les premiers ces bleus satinés, ses ors et ses mauves chatoyants. Suivront les surréalistes.
      Voir la critique complète >>

    • 15/04/2011

      Avait-on oublié Odilon Redon (1840-1916), abonné absent des grandes expositions qui célèbrent régulièrement les papes de la modernité ? Mais l’avait-on jamais connu, tant cette rétrospective est une découverte ?
      Voir le site >>

    • 12/04/2011

      S’il est une exposition qu’il ne faut pas manquer à Paris, parmi les nombreuses manifestations de premier plan qu’offre la Capitale en ce moment, c’est bien celle rendant hommage à Odilon Redon au Grand Palais.
      Voir la critique complète >>

    • 04/04/2011

      L’exposition fait l’inventaire complet, soigneux, uni par les cadres et les fonds, de ses fantasmes. Le premier étage surtout mérite la revue : (…) Redon étend à merveille la ligne de flottaison de son trait sous l’orage symboliste, comme s’il débarrassait la vision de ses ampoules. Quand il passe à la couleur, il les rajoute : c’est mieux sur les paravents, les fauteuils, les rideaux (…), que dans les tableaux où les dorures, les bleus Giotto, les profils à la Piero della Francesca, racontent des fables avec malaise vagal pour jeunes filles.
      Voir la critique complète >>

    • 01/04/2011

      C’est à la redécouverte d’un artiste essentiel que nous invite l’exposition du Grand Palais. D’un artiste troublant, aussi, dont l’oeuvre acte le triomphe de la vie et de la lumière sur l’ombre. A la philosophie pessimiste de sa maturité fait place une joie de plus en plus intense.
      Voir le site >>

    • 31/03/2011

      Si l’on partage le souci du commissaire général, Rodolphe Rapetti, de présenter in extenso toutes les suites lithographiques qui ont fait la réputation de Redon (…), cette exposition fleuve trahit une œuvre très inégale. (…) Cet épanouissement progressif, habilement mis en scène par Hubert Le Gall au Grand Palais, culmine dans la salle reconstituant les décors du château de Domecy.
      Voir la critique complète >>

    • 24/03/2011

      Il a fallu attendre un demi-siècle pour qu’une exposition monographique offre l’occasion de découvrir à Paris l’œuvre protéiforme d’Odilon Redon. Le peintre, que l’on classe un peu vite parmi les symbolistes, révèle au Grand Palais un univers singulier, étrange et mystique : dans ses lithographies ténébreuses volent des crânes et flottent des yeux, précurseurs du surréalisme. L’exposition navigue de la pénombre des fusains vers les peintures à l’huile et les pastels aux couleurs chatoyantes.
      Voir la critique complète >>

    • 23/03/2011

      Son art onirique est à l’opposé de l’attachement constant au réel qui caractérise Monet comme Degas (…) Sa dernière rétrospective parisienne s’est tenue en 1956. Il était donc plus que temps de lui consacrer une exposition à sa mesure. (…) 180 oeuvres divisées en deux parties, une par étage, le noir et blanc des fusains et des lithographies en haut, la couleur des pastels et des huiles en bas.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (290)

    • nicolasdeleudeville
    • orianedulaurent
    • nathgael
    • geoffroy.guigou
    • corinegd
    • juclecia
    • samuelbausson
    • papposilene
    • azza
    • sacha.rey2540
    • kirikoo
    • hadrien
    • alexandrafehlauer
    • celiaconil
    • gregoire.lefevre1
    • babelonflorens
    • ewratislav
    • lodang
    • mov02
    • maud.l
    • Argonaute du Pacifique
    • cacacaro
    • diane-d
    • elizabeth.migeot4101
    • vincent.blanchard.142
    • philippe-nassif
    • justinegautier92
    • maxbonhomme
    • Anna
    • peparose
    • thuytien.hoang
    • charluet_audrey
    • vogelamelie
    • carine.cauville
    • crouziera
    ...et 255 autres personnes

    Ils l'ont vue (255)

    • alethea
    • flomaes
    • dominique.branger
    • agnes
    • nade
    • nanou
    • brokenglass
    • judith.lasry
    • mathilde.simonian
    • pazuzu
    • aureliebracquart
    • jchden
    • david
    • remi-f
    • jcs
    • victran
    • lenamariap
    • celinemaguet
    • cebolang
    • zenon
    • oriane.tusauraspas
    • cyrielle.triolet
    • mortensen
    • rameau.annelaure
    • mellecolibri7662
    • celbaurain
    • caoloun
    • clotilde.pointivy
    • adele_bloch_bauer
    • noelle
    • alice.martel
    • joh-peccadille
    • li_lau
    • ckrzykowiak
    • lilou-398393
    ...et 220 autres personnes