Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Irène Nemirovsky

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Irène Nemirovsky et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Irène Nemirovsky

Irène Némirovsky enfant, s.d.

Irène Némirovsky et son père, s.d.

Irène Némirovsky et Michel Epstein vers 1925, dans le hall du 8 avenue Daniel-Lesueur.

Irène Némirovsky et sa mère sur la côte basque, vers 1911

David Golder, deuxième rédaction [1928]

De l’entrée en matière du roman, lisible sur ce manuscrit très raturé, n’ont subsisté dans la version finale que les trois premiers mots, Irène Némirovsky ayant eu soin de biffer le poncif des « mains juives agiles et pâles ».

Irène Némirovsky et sa fille Denise en 1930

Marie-Claire, 5 août 1938.

D’août 1938 à mai 1940, Irène Némirovsky publie dans Marie-Claire, hebdomadaire féminin créé par son amie Hélène Gordon-Lazareff, plusieurs nouvelles « alimentaires »

Lettre d’Albin Michel à Irène Némirovsky, 28 août 1939.

Cette lettre de recommandation fait suite à la demande expresse de Michel Epstein, inquiet pour sa femme, restée avec ses filles à Hendaye Plage, « car elle n’a personne pour lui venir en aide en cas de besoin ».

Carte de circulation temporaire, 21 décembre 1939

Irène Némirovsky lisant Les Nouvelles littéraires, par Albert Harlingue (1930)

Carnet de notes, 1918-1942

Irène Nemirovsky

« Il me semble parfois que je suis étrangère… »...

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Née en Ukraine à Kiev en 1903, Irène Némirovsky est élevée dans l’amour de la culture française. Chassée de Russie avec sa famille par la révolution bolchevique, elle séjourne un an en Finlande puis gagne Paris. À dix-huit ans, elle publie ses premiers contes, puis elle se marie et, en novembre 1929, devient mère. Un mois plus tard paraît David Golder, un roman controversé traduit dans le monde entier et porté à l’écran, qui fait sa renommée. Une dizaine de romans et de nombreuses nouvelles suivront, dictés par l’héritage familial, le souvenir d’être russe, l’étrangeté d’être juive, la volonté d’être française, puis la nécessité de faire vivre son foyer à l’heure des premières lois antijuives. Convertie au catholicisme en 1939, réfugiée en 1940 avec sa famille dans un village de Bourgogne sans avoir pu acquérir la nationalité française, elle est arrêtée en 1942 par la police, puis déportée à Auschwitz où elle est assassinée, sans avoir pu achever Suite française, un roman en cinq parties dont deux seules seront publiées en 2004. Cette exposition lui rend hommage, portrait d’une femme et d’un écrivain au-delà du succès posthume de son dernier roman Suite française. Reprenant une partie de la présentation réalisée par le Museum of Jewish Heritage de New York avec l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (IMEC) qui conserve la plupart de ses archives, l’exposition présente l’oeuvre d’Irène Némirovsky dans toute sa complexité et révèle son travail acharné jusqu’aux derniers jours de sa vie, à travers un grand nombre d’archives originales jamais présentées au public : l’enregistrement de la voix d’Irène Némirovsky, ses premiers poèmes russes et premiers textes en français, son journal d’écrivain sous l’Occupation, les manuscrits de David Golder et de Suite française… Une oeuvre et un destin qui témoignent comme peu d’autres, non sans contradictions, du désarroi croissant des Juifs et des étrangers dans la France des années 30.

    Dates 13/10/2010 - 08/03/2011
    Domaines littérature
    histoire
    Période XXe siècle
    Site officiel Mémorial de la Shoah
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 14/02/2011

      Exposition très intéressante et bien mise en scène. De nombreux documents passionnants sont visibles le long d’un parcours chronologique dans deux salles joliment éclairées du mémorial de la Shoah. Une exposition à voir, à lire, à ressentir.

    • ';
    • 03/01/2011

      Cette belle exposition, intelligemment scénarisée dans une ambiance intimiste, riche de très nombreux documents fournis notamment par Denise Epstein (qui n’eut de cesse, adulte, de faire connaî tre l’œuvre de sa mère), permet de comprendre la profonde inspiration qu’Irène Némirovsky puisa dans sa vie même pour imaginer et écrire ses livres.
      Voir la critique complète >>

    • 22/11/2010

      Ses lecteurs seront passionnés par la mise en regard des passages de l’oeuvre avec les photos, manuscrits, correspondances, livres, affiches et sons qui se détachent clairement du fond rouge des panneaux.(…) Ce rendez-vous avec la littérature, l’histoire et l’humanité est surtout à ne pas manquer.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (81)

    • baptistedl
    • luolun
    • laguiseraycyril
    • cecilem
    • billecocq
    • victran
    • expos
    • marion1307
    • liliceram
    • missiz6
    • am.gueret
    • clotilde.pointivy
    • mcfrison
    • claire.dewaal
    • perche.stephanie
    • merveakar
    • enora
    • kmissm
    • mathildachautard
    • catherine.guillemin
    • pierre.marquis
    • alvauch
    • falev
    • jennyfer_w
    • rejane
    • camille-f
    • dominiquevignon
    • marion.boulestreau
    • p.soulier1
    • marion_bonnet
    • melkicharlotte
    • ac.legleye
    • clairebaroni
    • clodineoms
    • amdenn
    ...et 46 autres personnes

    Ils l'ont vue (7)

    • flore
    • pcaroline1
    • cyrildejean
    • aurore
    • sclet16
    • vv.zou
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.