accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Les histoires extraordinaires de Diana Thorneycroft

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Les histoires extraordinaires de Diana Thorneycroft et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Les histoires extraordinaires de Diana Thorneycroft

Group of Seven Awkward Moments (Beavers and Woo at Tanoo).

The Martyrdom of St. Celine at the Canadiana Stampede

Group of Seven Awkward Moments (Winter on the Don)

Les histoires extraordinaires de Diana Thorneycroft

Paysages grinçants d’un imaginaire canadien

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Le Centre culturel canadien présente la première exposition en France de la photographe Diana Thorneycroft. L’exposition présente dans sa totalité la série « Group of Seven Awkward Moments », une vingtaine de photographies qui ont marqué le milieu artistique du Canada ces trois dernières années (Le magazine Canadian Art a inclus cette série dans l’une des 10 meilleures expositions de l’année 2008), ainsi qu’une sélection d’œuvres de la série plus ancienne, « The Canadiana Martyrdom Series ». Par cette alliance particulière entre scènes de genre, paysages, petites histoires enchâssées dans la Grande, et martyres de poupées de plastique, cette exposition donne une vision littéralement « dépaysante » du Canada. Les histoires extraordinaires de Diana Thorneycroft exposent l’image inusitée, hybride, iconoclaste d’un pays reconstruit à partir des scènes fantasmées issues d’un imaginaire collectif supposé, un imaginaire débridé où s’entrechoquent faits réels, coutumes, tabous et stéréotypes. L’artiste joue avec le sentiment d’identité nationale et en montre l’artifice. Dans ses somptueux décors de petites figurines industrialisées, la lumière naturelle est un mensonge visible qui renvoie le spectateur à un monde fabriqué, figé (touristique), vidé de substance mais néanmoins fascinant, domestique (rassurant) et divertissant. Aussi toutes les scènes sont-elles plus obscures qu’il n’y paraît, malgré l’éclatante facture de ces petits spectacles en vase clos. Dans « Group of Seven Awkward Moments », désastres, accidents et scènes ambiguës se déploient sur fond de dioramas élaborés à partir de l’imagerie picturale du célèbre Groupe des Sept. Pour ce groupe de peintres-explorateurs qui s’attacha à représenter la nature sauvage du Canada et dont le nombre varia jusqu’en 1931 (ils furent jusqu’à 10, si l’on exclut Tom Thomson qui mourut avant la fondation du groupe mais qui en est l’inspirateur), un nouveau style devait être inventé pour prendre définitivement distance avec l’art européen qui avait la première place dans les musées du Canada. Leurs paysages, réalisés avec des couleurs franches et de larges touches, avaient pour ambition, dans les années 1920, de représenter une identité distinctive, évocatrice d’un sentiment national canadien. Or, Diana Thorneycroft réduit cet idéal à une simple image, donne à ces œuvres une « utilité » en en faisant les fonds de scène d’un imaginaire improbable et totalement hétérogène. La nature sauvage idéalisée par le Groupe des Sept est paradoxalement peuplée et entachée d’événements embarrassants. Quant aux martyres de « The Canadiana Martyrdom Series », leur absurdité tranche avec la banalisation de la violence engendrée par la libre circulation des images dans les médias de masse. Que les martyrs soient des célébrités de la culture canadienne représentées par des jouets ajoute au cynisme apparent de l’œuvre. Diana Thorneycroft utilise l’attirance du spectateur pour les idoles et la violence, et la pousse jusqu’à un travestissement caricatural, là où l’industrie culturelle le pratique tout « naturellement ». Présentées pour la première fois à un public étranger, ces scènes a-typiquement canadiennes auront, sorties de leur contexte national, une résonance tout à fait nouvelle. Elles mettent en question l’exportation d’un certain exotisme canadien.

    Dates 11/05/2011 - 09/09/2011
    Domaine photographie
    Période XXIe siècle
    Site officiel Centre culturel canadien
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 10/08/2011

      Ah oui c’est vraiment formidable. C’est très amusant, curieux et original. Il y a là un très bel univers qui mérite le détour.

    • ';
    • 11/06/2011

      ienvenue dans l’univers férocement drôle de la Canadienne Diana Thorneycroft. Cette photographe n’aime rien tant que passer à la moulinette la culture populaire de son pays dans de grands tirages en couleur.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (54)

    • laurefarantos
    • m4c_fly
    • elric.rozet
    • carine.cauville
    • bresson.claire
    • M.garnier.92
    • robinebertrini
    • julie.eugene
    • jennyfer_w
    • julie.monne
    • amelie.thorel
    • flbox8
    • marcujoven
    • kathrine.fogarty
    • yann-baros
    • ylakim
    • geaorges-arnaudov
    • sassie2608
    • helga.78
    • jess.perez.9469
    • sandrine-drine
    • eric.faussabry
    • ragilbel
    • dsegor66
    • hindys7
    • daude.emeline
    • angelica.vincent
    • lauzannenolwen
    • chichinou
    • fleur.demarty
    • aberlour80
    • RicinParis
    • mllemazzotti
    • jeanlouis.bourdon6
    • magali.hernandez
    ...et 19 autres personnes

    Ils l'ont vue (7)

    • arnaud.carbonnier
    • agnes-lefranc
    • techer_angie
    • Enrique
    • marie-b
    • cricrioflov
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.