Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Portraits

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Portraits et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Portraits

René Magritte, Le viol, 1945

Huile sur toile_65,3×50,4cm Legs de Mme Georgette Magritte en 1987

Constantin Brancusi, La Muse endormie, après 1910

Bronze 16 x 27.3 x 18.5 cm Achat, 1947 AM 818 S

Pierre Bonnard, Le corsage rouge, 1925

Huile sur toile 50 x 52 cm Achat en vente publique en 1936. Dépôt du Musée d’Orsay AM 2109 P

Léonard Foujita, Portrait de l’artiste, 1928

Huile et gouache sur toile 35 x 27 cm Acquisition de l’Etat, 1937 Attribution, 1937 JP 848 P

Marie Laurencin, Portrait de la Baronne Gourgaud à la mantille noire, 1923

Huile sur toile 92.5 x 65.5 cm Don de Baronne Eva Gourgaud, 1946 AM 2658 P

Portraits

Collections du Centre Pompidou

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    « Portraits. Collections du Centre Pompidou » - 23/04/2012

    /

    L’exposition présente un ensemble d’environ soixante œuvres majeures provenant des collections du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. On peut se demander pourquoi, parmi les genres picturaux issus de l’académisme, le portrait a produit la plupart des icônes de l’art du XXe siècle ? On ne tire par le portrait impunément sans que surgissent d’emblée des questions philosophiques, religieuses, mythiques ou métaphysiques. Cubiste, ou surréaliste, le portrait porte la marque indélébile d’un pathos et quand il rencontre l’Histoire, il « porte » tout à la fois la violence, la barbarie et la tragédie de la condition humaine.

    Dates 02/03/2012 - 24/06/2012
    Domaines sculpture
    peinture
    Périodes XXe siècle, XIXe siècle
    Site officiel Fondation Pierre Gianadda
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 11/06/2012

      Ce ne sont pas leurs oeuvres qui arrêtent en priorité le regard, mais celles d’artistes moins en vue, voire presque oubliés. [...] L’accrochage, parlons-en [...] Jean-Michel Bouhours s’en est tiré en créant des ensembles sur les parois séparées par les piliers qui sont autant d’encadrements et de scansions naturelles. Mais des ensembles qui tiennent moins de l’histoire de l’art que de ce qu’il faudrait appeler des affinités électives.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (2)

    • isabelleaguerre
    • olinadragoi

    Ils l'ont vue

    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.