Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Gabriel Orozco

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Gabriel Orozco et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Gabriel Orozco

Sleeping Dog

1990 – épreuve argentique à blanchiment de colorants

Black Kites

1997 – Mine de plomb sur crâne Philadelphia Museum of Art, Philadelphie

Kytes Tree

2005 Peinture polymère synthétique sur toile The Museum of Modern Art, New York

Gabriel Orozco

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Rencontre avec Gabriel Orozco au Centre Pompidou - 23/10/2010

    Gabriel Orozco, Samourai’s Tree - 27/10/2010

    La DS de Gabriel Orozco - 27/10/2010

    Gabriel Orozco, Cats and Watermelon - 27/10/2010

    /
    précedent

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Gabriel Orozco dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Gabriel Orozco est reconnu comme l’un des artistes majeurs de sa génération qui s’est imposé dès le début des années 1990 sur la scène internationale. Artiste en constant déplacement, sans atelier fixe, Gabriel Orozco rejette les identifications nationales ou régionales, et puise son inspiration dans les différents lieux où il vit et voyage. Né en 1962 à Jalapa au Mexique, il vit actuellement entre Mexico, New York et Paris. Son approche ouverte, en perpétuelle évolution, propose des échelles variées ainsi qu’une grande diversité de médiums : photographie, dessin, peinture, sculpture, installation sont maniés avec aisance, liberté et fluidité. Pour l’exposition au Centre Pompidou, Gabriel Orozco propose un dispositif inédit basé sur l’idée de l’atelier. Sans cimaises, sans dénominations ni commentaires, les oeuvres sont disposées avec une simplicité proche du moment de leur création, avant l’incorporation dans l’appareil muséographique.

    Dates 15/09/2010 - 03/01/2011
    Domaine art contemporain
    Périodes XXIe siècle, XXe siècle
    Site officiel Centre Pompidou
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 13/11/2010

      Attiré par les photos de Gabriel Orozco, j’ai été déçu par la présentation de celles-ci qui n’était pas en valeur (beaucoup de reflets). J’ai aimé la DS et les policiers mexicains.

    • ';
    • 13/10/2010

      Que dire!! Et bien, une exposition un peu étrange et qui m’a laissé très perplexe. J’ai lu le livre d’or avant de rentrer voir l’exposition qui m’a déjà bien fait rire dont je vous conseil. Les photos sont très exposées à la lumières, les objets « d’art qu’en dire… Seul la DS était bien sympa.

    • ';
    • 12/10/2010

      Joli bazar esthétique. Des petits dessins, des petites sculptures, des petits clins d’œil, des petits sourires : des petites idées en somme auréolées de grands discours à l’emporte pièce (cf. le « guide de visite »)

    • ';
    • 26/09/2010

      Un artiste malicieux aux productions protéiformes. De la photographie au dessin, en passant par la peinture et la sculpture, le travail d’Orozco désappointe parfois, mais jamais ne laisse le spectateur seul au bord de la route, sans un point d’accroche avec son œuvre. L’exposition propose une scénographie simple et généreuse de son travail, qui s’apprécie d’autant plus ici qu’on voit la diversité de ses approches rassemblées, une somme d’expérimentations qui se côtoient sur des tables ou au sol, une sensibilité et un regard sur le monde environnant qui s’écrit et nous imprègne à mesure qu’on avance dans l’espace immense de la salle.

    • ';
    • 22/09/2010

      Mise en scène dépouillée et sensible pour cette visite privée chez l’artiste. (…) Sans tambour ni trompette. Sans le clinquant et le glamour de l’art contemporain au faîte du marché. L’art d’Orozco fait presque tout à partir de presque rien. À la fois ancestral, simple et émouvant.
      Voir la critique complète >>

    • 15/09/2010

      Loin de moi l’idée de ne pas reconnaître en Gabriel Orozco un artiste majeur, capable de transformer les objets, de changer les points de vue, de surprendre et de questionner. Mais son exposition ne mérite pas le détour (…) Cette stratégie d’exposition jouant sur la frustration du spectateur, sur son impossibilité de voir comme il voudrait, aurait un sens si elle était congruente avec le propos de l’artiste. Mais je ne crois pas que ce soit le cas.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (182)

    • alethea
    • chrisadatine
    • amacfly
    • jingwenzhu
    • laurade
    • alexia
    • bonie
    • olsi
    • annedk
    • fabienne-dumortier
    • museoactu
    • N. T.
    • sarah.zennou
    • auguerin
    • marionn-w
    • sofinet
    • strasz
    • sophie.kopf.7
    • leonard.galais
    • courgipuce
    • BCHRISTINEROBERT
    • stephaniebordes
    • annabel.rosier
    • mallary
    • mathilde-j
    • victran
    • marlene.mazieres
    • elizabeth.migeot4101
    • quentin.beun
    • annafellbom
    • amira.yahyaoui
    • lehub
    • alexia.dangla
    • jeandominiqueprieur
    • noranorapas
    ...et 147 autres personnes

    Ils l'ont vue (39)

    • gyzmo
    • varna
    • aurelienbouriot
    • gregwolf
    • mergyclemence
    • david
    • remi.c
    • noctenbule
    • cequimemeut
    • mimoushkadk
    • bolivar70
    • launay.annelise
    • sabelline-desboeufs
    • julie.eugene
    • olivier2236
    • danithy
    • Simeonbrault
    • cyril-zarcone
    • amelie.thorel
    • ludovic.galerie
    • jennifer-uddin
    • lemaire_pauline
    • juliegrillon
    • Bianca9
    • morganouledoze23
    • laura.cousseran
    • clementsiberchicot
    • mariecaye
    • dianegabb
    • elodie.vinc
    • contact6879
    • camille.bari
    • Jayavictoire92
    • poupipoupa
    • nas_marion
    ...et 4 autres personnes