Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Primitifs de la photographie

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Primitifs de la photographie et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Primitifs de la photographie

The boulevards of Paris

William Henry Fox Talbot, mai 1843

Nu masculin assis de profil sur une peau de panthère

Eugène Durieu et Eugène Delacroix, 1854

Primitifs de la photographie

Le calotype en France (1843 – 1860)

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Primitifs de la photographie dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Le calotype est le terme qui désigne le négatif sur papier et son tirage, technique mise au point par l’anglais William Henry Fox Talbot (1800-1877) dès 1840, presque en même temps qu’apparaît en France le daguerréotype de Daguerre. Le calotype, par la possibilité qu’il offre de multiplier les tirages à partir d’un négatif, porte en lui l’avenir de la photographie. Il se fait connaître lentement en France à partir de 1843. Mais c’est surtout entre les années 1848 et 1860 que le calotype connaît une fortune extraordinaire et d’autant plus étonnante que ce ne sera jamais un procédé commercial. La possibilité alors nouvelle de réaliser des tirages sur papier, de varier leurs teintes, de les retoucher intéresse particulièrement les peintres, les archéologues, les voyageurs, les éditeurs. De très grands photographes : Gustave Le Gray, Charles Nègre, Edouard Baldus, Henri le Secq par exemple, démontrent rapidement les possibilités esthétiques de ce procédé et entraînent à leur suite nombre d’artistes (Delacroix, Hugo, Bartholdi) ainsi que la fine fleur du monde des affaires (Aguado, Delessert, Odier), de la politique (Périer, Bassano, d’Haussonville, Bocher) qui durant quelques années deviennent des amateurs passionnés par cette nouvelle technique. L’apport esthétique du calotype dans les années 1850 est considérable, son influence sur l’art, l’architecture et l’archéologie également. C’est grâce à lui que la photographie considérée auparavant comme un objet scientifique ou commercial est acceptée définitivement par les élites intellectuelles et artistiques. En quelques 180 tirages issus des collections de la BnF et de grandes collections françaises, cette exposition propose de comprendre cette histoire, ses acteurs et les œuvres qu’ils ont produites.

    Dates 19/10/2010 - 16/01/2011
    Domaine photographie
    Période XIXe siècle
    Site officiel BnF - Bibliothèque nationale de France – site Richelieu
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 19/02/2011

      Pas terrible & pas grand chose à voir. On parle des tout débuts de la photographie, et pas un mot sur les frères Niepce…

    • ';
    • 09/02/2011

      pas convaincue. Trop, beaucoup trop de textes (3 longs panneaux rien que dans la petite première salle par exemple), même s’ils sont intéressants. Je reprocherai aussi aux cartels de ne pas s’intéresser à l’iconographie même des photos, ni à leur contexte de prise de vue. On se cantonne trop souvent à des aspects biographiques. J’ai par contre beaucoup apprécié le choix des thèmes et de la structure de l’exposition, ainsi que la présence de bancs à intervalles réguliers (eh oui! on piétine beaucoup pour voir en file indienne ces photos). Un peu déçue aussi parce qu’esthétiquement les photos ne m’ont pas souvent séduites…

    • ';
    • 17/01/2011

      Meme pour un néophyte en matière de photos cette exposition est tout à fait abordable, du fait notamment des nombreuses explications fournies qui sont très claires. Que l’on aime ou pas cette page de l’histoire de la photographie, il n’en reste pas moins que la curiosité prend forcément le pas pour nous ravir et nous faire sourire.

    • ';
    • 15/01/2011

      Comme souvent, le département des Estampes et de la Photographie nous propose une exposition d’une grande qualité, tant sur le fond que sur la forme. Les explications sont claires et pertinentes: on saisit d’emblée les enjeux techniques, esthétiques et financiers des procédés photographiques alors en concurrence. Tout rend parfaitement l’émulation entre les différents protagonistes dans le court laps de temps pendant lequel la technique du calotype a été pratiquée. De très belles épreuves sont présentées, aux sujets très divers. Outre les passionnés de photo, l’exposition intéressera, par les sujets des tirages, les amateurs d’archéologie, du vieux Paris et de l’Ecole de Barbizon. Beau catalogue à l’image de l’exposition!

    • ';
    • 08/01/2011

      L’intérêt, à notre connaissance inédit, de l’expo­sition de la BNF est de ­raconter à travers la démarche de ces pionniers, les Primitifs, le rôle essentiel que joue la technique dans la production d’une image. L’initiative n’allait pas de soi. (…) Les cartels clairs et précis de l’exposition sur les améliorations des émulsions chimiques, les tâtonnements autour des temps de pose, l’utilisation au tirage du papier salé ou albuminé éclairent intelligemment la puissante poésie de ces premières photographies. Elles comptent parmi les plus remarquables du XIXe siècle, parce qu’elles n’étaient l’objet d’aucun enjeu commercial.
      Voir la critique complète >>

    • 23/12/2010

      L’exposition de la Bibliothèque nationale, présentée très sobrement dans la galerie du rez-de-chaussée du bâtiment Richelieu, est une grande réussite. Les œuvres proviennent à la fois de collections publiques et privées et leur rassemblement constitue autant de petites monographies d’artistes. Les explications fournies sont claires, suffisantes sans être trop envahissantes.
      Voir la critique complète >>

    • 02/12/2010

      Ennuyeux ? Poussiéreux ? Une affaire de spécialiste ? Bien au contraire, dès qu’on passe la porte vitrée, on est saisi par la fragilité diaphane (…). Ces images merveilleuses surgies d’une technique éphémère, qui ne durera que le temps d’un regard : le calotype (…). Allez voir ces petits éclairs.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (130)

    • nicolasdeleudeville
    • flomaes
    • nanou
    • brokenglass
    • sacha.rey2540
    • burntovice
    • judith.lasry
    • fabienne-dumortier
    • dodolinettebleue
    • N. T.
    • david
    • sofinet
    • maud.l
    • a.benhayoun
    • victran
    • diane-d
    • m.nicol
    • oriane.tusauraspas
    • justinegautier92
    • maxbonhomme
    • flavien-moreau
    • ebb_com
    • rameau.annelaure
    • julidoremi
    • zahra.sebti
    • mellerachel
    • herwann
    • chloe.bringuier
    • caoloun
    • gchenebernardie
    • dlevot
    • kamille-chevallier
    • alice.martel
    • javier1
    • merveakar
    ...et 95 autres personnes

    Ils l'ont vue (17)

    • varna
    • Argonaute du Pacifique
    • flore
    • joh-peccadille
    • lisa-b
    • jennifer.heim1
    • ludovic.galerie
    • STEPHANIE
    • aurore.hondet
    • fabiegal
    • cecile-lemoine
    • axagore
    • endymion.120
    • dianegabb
    • Elfie
    • n.popoff
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.