Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Pakistan, terre de rencontre

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Pakistan, terre de rencontre et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Pakistan, terre de rencontre

Musique et danse

Pakistan, Swat Provenance inconnue Schiste vert, 30.5x 28.5 x 5.5 cm Islamabad Museum

Putti et guirlande

Pakistan, Swat Butkara III, stupa 16 Schiste vert, 24 x 39 x 5 cm Peshawar University Museum N° BK 1983 – 1 – 68 (BKIII 99)

Stupa reliquaire, avec inscription

Pakistan, Gandhara Charsadda, Kuladhar Schiste, H. 19 cm Peshawar Museum N° PM 3218

Pakistan, terre de rencontre

Les arts du Gandhara

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Pakistan, terre de rencontre dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Fnac Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Cette exposition d’envergure internationale unique en France, présente près de 200 œuvres gréco-bouddhiques exceptionnelles et caractéristiques du Gandhara. Le Gandhara est un ancien royaume d’influence hellénistique qui recouvre les provinces du Nord-Ouest de l’actuel Pakistan. Cette civilisation contemporaine des mondes romains à l’ouest, des Han chinois à l’Est, trouve son essor entre le Ier et le IIIème siècle de notre ère, au temps des successeurs d’Alexandre le Grand et de l’empire Kouchan. Terre de rencontre, terre de Bouddhisme, terre d’invasions et d’échanges, mais aussi terre de culture ancienne, et de diversités, le Gandhara voit naître et se développer une civilisation brillante mêlant les influences grecques, fruits des conquêtes d’Alexandre le Grand, aux inspirations perses et indiennes. Sous la dynastie des Kouchans, l’art du Gandhara va s’épanouir à travers le bouddhisme. Dans cette exposition, vous retrouverez des statuettes, des statues du Buddha et des vénérés (boddhisattva…), des bas-reliefs de temples et de stupas, mais également des terres cuites et des stucs de monastères ou de palais. Ces œuvres sont en partie issues du site archéologique de Taxila, à 40 km d’Islamabad, la capitale pakistanaise, qui, de par sa situation géographique, favorisa un brassage de populations et de cultures. Taxila abrite aujourd’hui les vestiges de trois villes successives et de nombreux sites monastiques témoignant du raffinement des époques où la cité connut son apogée. La civilisation du Gandhara disparaît peu à peu après les invasions des Huns laissant en héritage un art qui influencera durablement les pays de Haute Asie (Asie Centrale, Chine, Corée et Japon).

    Dates 21/04/2010 - 16/08/2010
    Domaine art asiatique
    Période antiquité
    Site officiel Musée Guimet
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 29/07/2010

      Face à un sujet aussi passionnant, qui donne parfois le sentiment de glisser dans une sorte de tourbillon archéologique, on aurait souhaité une approche plus pédagogique…
      Voir la critique complète >>

    • 30/06/2010

      Corps athlétiques et toges à la grecque, lèvres ourlées et yeux effilés à l’orientale, ces sculptures envoûtent par leur beauté hybride et leurs réminiscences multiples, tels ces bas-reliefs qui évoquent puissamment l’art roman. Quand Apollon devient Bouddha, l’Occident soudain se rapproche de l’Orient.
      Voir la critique complète >>

    • 21/05/2010

      La visite de cette exposition, qui réunit des pièces exceptionnelles, est un vrai plaisir. Mais son parcours aurait mérité un peu plus d’éclaircissements.
      Voir la critique complète >>

    • 10/05/2010

      Preuves d’un incroyable métissage, ces trésors ont fait un long voyage : ils viennent des Musées de Lahore, Karachi, et de celui de la région du Swat, une « zone sensible » où l’armée vient de mener une campagne contre les talibans.
      Voir la critique complète >>

    • 01/05/2010

      Une myriade de peuples, de religions et de cultures s’affrontèrent, se mêlèrent, donnant naissance à l’une de ces parenthèses magiques dont l’histoire de l’art a parfois le secret (…). L’exposition entend mettre de l’ordre dans cette « nébuleuse archéologique ».
      Voir le site >>

    • 21/04/2010

      Carrefour des continents, ce Pakistan historique, oublié, se révèle d’une richesse artistique stupéfiante. (…) Autant de subtilités que le musée Guimet, fidèle à sa vocation didactique, éclaire habilement à travers des explications limpides et fournies, illustrant les temps effacés, questionnant sourdement les temps présents.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (3)

    • brahimhabeddine
    • geoffroy.guigou
    • dominique.branger

    Ils l'ont vue (2)

    • azza
    • cebolang
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.