accéder à exponaute
Votre action a été enregistrée avec succès !
Crime et châtiment

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Crime et châtiment et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Crime et châtiment

Justitia

Victor Hugo (1802-1885), Justitia1857 Plume et lavis d’encre brune

Le drame des Ternes, Supplément illustré du Petit Journal

Henri Meyer, François-Louis Méaulle, 1892 Impression en couleur , H. 45 ; L. 31 cm Paris, MuCEM, Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

L’assassin menacé

René Magritte (1898-1967), 1927. Huile sur toile H. 150,4 ; L. 195,2 cm New York, Museum of Modern Art

Crime et châtiment

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    L’exposition Crime et châtiment envisage une période d’environ deux siècles : de 1791, lorsque Le Peletier de Saint-Fargeau réclame la suppression de la peine de mort, jusqu’au 30 septembre 1981, date du vote de son abolition en France. Durant toutes ces années, la littérature a créé d’innombrables personnages de criminels. Le titre de l’exposition est lui-même emprunté à Dostoïevski. Dans la presse, notamment dans les quotidiens illustrés, le crime de sang décuple par la fiction du romanesque sa puissance fantasmatique. Dans le même temps, le thème criminel investit les arts visuels. Chez les plus grands peintres, Goya, Géricault, Picasso ou Magritte, les représentations du crime ou de la peine capitale sont à l’origine d’oeuvres saisissantes. Le cinéma également assimile sans tarder les charmes troubles d’une violence extrême, sa représentation la transformant même en plaisir, voire en volupté. C’est encore à la fin du XIXe que naît et se développe une approche du tempérament délinquant qui se veut scientifique. On cherche à démontrer que les constantes du criminel s’inscriraient dans sa physiologie même. De telles théories ont une influence considérable sur la peinture, la sculpture ou la photographie. Enfin, à la violence du crime répond celle du châtiment : comment ne pas rappeler l’omniprésence des motifs du gibet, du garrot, de la guillotine ou de la chaise électrique ? Au-delà du crime, il s’agit de poser encore et toujours le problème du Mal, et au-delà de la circonstance sociale, l’inquiétude métaphysique. A ces questions, l’art apporte un témoignage spectaculaire. Esthétique de la violence, violence de l’esthétique, cette exposition ne saurait que les réconcilier en rapprochant des images de toutes sortes, littérature et musique.

    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 05/11/2010

      Tous les éléments sont réunis pour faire de cette exposition un coup de coeur !

    • ';
    • 06/04/2010

      Revenu du saisissement premier, voilà qui donne à réfléchir… (…) Quand aux dessins, aux tableaux (souvent de premier ordre) ou aux unes de journaux à sensations, ils dénoncent autant qu’ils trahissent notre fascination pour la mise à mort. (…) La seule réserve qu’on puisse émettre à propos de cette exposition est son ancrage dans le XIXe siècle.
      Voir la critique complète >>

    • 02/04/2010

      Exposition magistralement réalisée par Jean Clair sur une idée de Robert Badinter. De cette réflexion sur l’intérêt porté par les artistes pour le crime et sa punition, naît un parcours foisonnant aux détours historiques, littéraires, scientifiques et judiciaires. (…) On ne sort pas indemne de cette exposition. Par un glissement imperceptible, le crime « inhumain » y apparaît indissociable de la nature humaine, et la justice « humaine » semble trop souvent inhumaine.
      Voir le site >>

    • 27/03/2010

      La question du corps décapité ou démembré, mais surtout le glissement qui s’est opéré entre l’Ancien Régime et le XIXe siècle sur le caractère spectaculaire de la mise à mort (…) sont au coeur de cette exposition magistrale et précise.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (3)

    • fabienne.hippolyte
    • aurore.hondet
    • vincecoaster

    Ils l'ont vue (50)

    • flomaes
    • kireinacho
    • dann
    • brokenglass
    • laurefarantos
    • maud.l
    • cebolang
    • nanou_at
    • joh-peccadille
    • aurore.sun
    • celine.evrard.359
    • barbara_pas
    • ludovic.galerie
    • toto905
    • zuzuyoh
    • rouyer.anais
    • caro8711
    • b.bonamy
    • d.liaud
    • sceno
    • ciccio
    • semo_golnichane
    • irankfou.
    • delphine
    • fredf
    • olivierb
    • laurence-l
    • mdechaterton
    • nany8511
    • clementsiberchicot
    • masse.melanie
    • floriane.herrero
    • helene.heyraud
    • aurorekrier
    • gaet_13
    ...et 15 autres personnes