Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Jason Dodge

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Jason Dodge et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Jason Dodge

Jason Dodge, Rose light to white light to rose light over and over by hand. Courtesy Casey Kaplan and the artist. Photo: Jean Vong

Jason Dodge, Rose light to white light to rose light over and over by hand. Courtesy Casey Kaplan and the artist. Photo: Jean Vong

Jason Dodge

Derrière cette machine tout esprit attentif peut e...

  • check

    j'ai vu

  • like

    j'ai envie

38jours restants

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Après sa participation à différentes expositions collectives (1966-79, 2013, Dimensions variables, 2012), Jason Dodge réalise sa plus importante exposition personnelle en France à ce jour. Il y a une abondance de traces, partout, on peut les lire. Tout ce qu’il vous faut pour commencer, c’est une question, vous remarquerez que cela arrête le temps. Que va-t-il vous arriver ? Qu’ignorez-vous de vous-même ? Comment expliquerez-vous ce qui vous est arrivé ?

    Cet arrêt soudain vous largue dans l’espace. Des détails et des similitudes – sensuelles et non sensuelles – des espaces dans lesquels vous devez naviguer avec votre corps et avec tout ce que votre corps connaît déjà : vous remarquez la différence entre le haut et le bas, la droite et la gauche, le centre et la périphérie.

    A présent, utilisez le même schéma incarné dont vous vous serviriez pour vous souvenir de la façon dont on danse.

    Tout importe, tout est matière et donc tout peut être lu. Il y a des mots, des matériaux et des formes. Il y a des nuages, des pas, des œufs frits, des tableaux, des ombres, des coquillages, des trous et des murs.

    Lire débute par une question. N’importe quelle question. La question que vous choisissez réorientera votre perception (après tout, la perception n’est-elle pas une prévoyance instantanée ?). Vous remarquerez peut-être que le N peut ramper, le UAGE gonfler et les ombres se dissiper dans une lumière en expansion. Ce sont là les signes qui sont les sensations par lesquelles vous interprétez le monde.

    Vous réaliserez peut-être que votre question comporte un trou par lequel sa préoccupation originale s’est vidée. Peut-être même remplacerez-vous les préoccupations par des questions comme un moyen de cesser de maintenir le monde en place, déjà occupé par des perceptions trop souvent ressassées. Peut-être toute question est-elle un miroir que vous pouvez brandir pour vous regarder passer dans la rue sans faire croire que vous pouvez en même temps vous regarder depuis votre balcon.

    Dates 16/09/2016 - 06/11/2016
    Site officiel Institut d’art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique