Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Alexandre Hollan. Questions aux arbres d

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Alexandre Hollan. Questions aux arbres d'ici et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Alexandre Hollan. Questions aux arbres d'ici

Alexandre Hollan, Garde de Saint-Jean-d\'Aumières, grand chêne, 2015-2016 - © photo Illès Sarkantyu © ADAGP Paris 2016

Alexandre Hollan. Questions aux arbres d'ici

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Né à Budapest en 1933, Hollan, quitte la Hongrie en 1956, après le soulèvement contre le régime. Réfugié politique à Paris, il entre à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts, puis poursuit ses études à l'École nationale supérieure des arts décoratifs. Après une rencontre émotionnelle forte avec l'œuvre des primitifs italiens à l'occasion d'un voyage en Italie en 1962, le peintre décide de partir plusieurs mois par an à bord de sa " voiture-atelier " pour peindre sur le motif. Cette vie nomade durera plus de vingt ans. Dans cette quête, il se fascine pour le motif de l'arbre, fascination sans doute liée à un souvenir d'enfance vécu dans le jardin de sa grand-mère. L'arbre, traité tantôt grâce à un dessin sûr et rapide tantôt par la lenteur et les effacements, devient le sujet principal de son œuvre.

    En 1984, le peintre achète un mazet près de Gignac (Hérault) qui marque la fin d'une période d'errance. Il passe depuis lors tous les étés à approfondir ses recherches auprès de quelques arbres élus auxquels il donne un nom (Le Petit Poussin, Le Glorieux, Le Foudroyé...). Aux prises avec ces quelques arbres d'une manière quasi fusionnelle, le peintre se confronte aussi à lui-même, au dessin et tente de mêler son énergie à celle des arbres. " Dessiner l'arbre qu'il connaît par cœur, l'arbre " témoin des âges écoulés ", est pour Hollan le déraciné, une expérience à la fois physique, spirituelle et affective. "

    Dans cette démarche, le dessin restitue plastiquement une émotion, une sensation : fusains aux traits continus pour capter une vibration, un mouvement, lavis de gouach enoire pour exprimer l'espace, dessins aux fusain comme effacé pour " faire affleurer les formes " et proposer des portraits d'arbre.

    Les mots permettent à l'artiste d'enrichir sa réflexion sur son travail sur le motif. Quotidiennement ou presque, après ses séances de travail, Alexandre Hollan écrit en effet sur les expériences vécues durant la journée. Un recueil intitulé Je suis ce que je vois récemment réédité, compile l'ensemble de ces écrits entrepris depuis près de vingt ans. « La plupart de ces notes brèves, écrites au jour le jour, avec une ténacité, une obstination remarquables, enregistrent les accords, désaccords, les découvertes, les pressentiments qui rythment ou accompagnent l'entreprise de la peinture, en relation intense avec le visible, plus précisément avec des arbres singuliers. »

    Dates 18/06/2016 - 06/11/2016
    Site officiel Musée de Lodève
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique