Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Gerard Petrus Fieret

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Gerard Petrus Fieret et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Gerard Petrus Fieret

Photogramme extrait du film Gerard Fieret, fotograaf, 1971 © Jacques Meijer

© Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeeentemusem Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

© Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeeentemusem Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

© Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeeentemusem Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

© Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeeentemusem Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

Gerard Petrus Fieret

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    « CE QUE JE RECHERCHE EN PHOTOGRAPHIE C’EST L’ANARCHIE : DANS LE CONTEXTE D’UNE SOCIÉTÉ CONSERVATRICE, MES PHOTOGRAPHIES SONT AGRESSIVES. UNE VIE INTENSE, DE PASSION – UNE PASSION SAINE POUR LA VIE –, C’EST CELA DONT ELLES PARLENT. » G. P. FIERET

    En consacrant, pour la première fois hors de son pays d’origine, une exposition monographique à l’artiste, poète et photographe néerlandais, Gerard P. Fieret (1924-2009), LE BAL présente une des oeuvres les plus étranges et subversives produites dans les années 1960 et 1970 en Europe. De 1965 – date à laquelle il se procure son premier appareil, un Praktiflex – à la fin des années 1970, ce photographe autodidacte va se livrer à une pratique obsessionnelle et insatiable de la prise de vue. Il photographie tout : des femmes, des jambes, des enfants, des vitrines, des scènes de rue, lui-même, et d’autres femmes, des modèles, des étudiantes, des mères de famille, des danseuses, des anonymes, et puis des fragments de corps, des seins, des fesses, des jambes, des nuques… Ses photographies, tels des miroirs sans tain, lui permettent d’atteindre un paradoxe : en se cachant derrière le viseur, il se révèle et affirme sa présence au monde.

    Toujours en noir et blanc. En noirs surtout, parfois troubles, épais et toujours lumineux, magnifiés par des tirages aux dimensions inhabituelles pour l’époque, notamment le format 60 x 80 cm qui lui est cher. Transgressif, hors norme et hors du temps, Fieret malmène l’image et distord le réel à la recherche de « quelque chose de surnaturel, un sentiment d’éternel ». L’exposition au BAL présentera 200 tirages d’époque, sauvés de conditions extrêmes de production et d’une vie nomade d’ateliers en abris : obtenus à partir de produits chimiques et de papiers périmés, parfois séchés et brûlés à la bougie, exposés délibérément aux accidents de la vie quotidienne – poussière, traces de pas, griffures, déjections de souris ou pigeons –, pour la plupart signés et tamponnés compulsivement par leur auteur, ils portent les marques d’une agression permanente tout en étant les ultimes témoins d’une fulgurance disparue.

    Dates 26/05/2016 - 28/08/2016
    Site officiel Le BAL
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (7)

    • varna
    • sabinejeane
    • Dcostelli
    • aurelie.gozard
    • fannyd
    • AnastasiaGarrel
    • stephane.vincenzi.35

    Ils l'ont vue (6)

    • dylan-buffinton
    • claudineh
    • laura.cousseran
    • fiona.debouvere
    • zoe.berthet
    • expovore
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.