Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
François Stahly

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition François Stahly et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

François Stahly

François Stahly, Nouveau-né géant, bronze, collection particulière, © Agence photographique du musée Rodin - Pauline Hisbacq, © ADAGP, 2016

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Installé de 1949 à 2006 à Meudon, Stahly connaissait le musée Rodin de la même commune. Celui-ci lui rend hommage à l’occasion du 10ème anniversaire de sa disparition.

    Dès ses premières sculptures, François Stahly (1911 – 2006) utilisa des lignes courbes et fluides (L’Ange). Marqué par le début de l’art informel en 1948, il travaille tôt le bois (Château de larmes, 1952, MNAM) mais à partir de 1960 s’intéresse particulièrement aux souches et agit sur les racines (Astre I, 1960, MNAM). Il sculpte également la pierre et le granit et exécute des œuvres plus compactes aux formes simplifiées.

    Dans les Seize murs rideaux en bois de la Maison de la Radio (1962-63) ou le Labyrinthe de Jussieu (1966-67), son langage atteint des dimensions plus que monumentales et offre un univers d’une grande poésie. Après Arp et avec Etienne Hajdu ou Emile Gilioli, il est l’un des très grands représentants de l’art biomorphique.

    À travers des formes irrégulières ou géométriques, Stahly construit des mondes parallèles au végétal et au minéral. La création plastique vit chez lui d’une vie qui lui est propre, et les objets qui en résultent sont comme dotés d’une respiration secrète. Jouant de courbes libres ou de cristaux étranges, ils déjouent toute rationalité et produisent une poétique douce et silencieuse. L’œuvre de Stahly s’impose rarement avec force, elle captive seulement le regard qui veut bien s’y arrêter ; reste hermétique à l’homme pressé, mais subjugue lentement l’œil qui s’y abandonne.

    Lié aux artistes du groupe Témoignage et ami fidèle d’Etienne-Martin, il participa aux grandes manifestations d’art moderne dans les années 1950 : Salon de Mai, Réalités nouvelles ; Jeune sculpture et Salon international de sculpture contemporaine au musée Rodin (Paris). Sa renommée s’étendit à l’Europe à travers les biennales d’Anvers, Arnhem, Milan.

    Dates 21/05/2016 - 20/11/2016
    Domaine sculpture
    Site officiel Musée Rodin – Meudon (La Villa des Brillants)
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique