Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Caecilia Tripp

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Caecilia Tripp et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Caecilia Tripp

Caecilia Tripp, Going Space Photographie contrecollée sur aluminium, 30 x 41 cm

Caecilia Tripp, Music for (prepared) Bicycles (after John Cage & Marcel Duchamp) / Part One : Bombay, 2012 Photographie, 50 x 65 cm

Caecilia Tripp, Music for (prepared) Bicycles (after John Cage & Marcel Duchamp) / Part One : Bombay, 2012 Photographie, 50 x 65 cm

Caecilia Tripp, Sleeping With Books, 2011-2015 Photographie, 29,7 x 42 cm

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    L’exposition personnelle de Caecilia Tripp réunit un ensemble emblématique d’oeuvres réalisées depuis 2004 ainsi que de nouvelles productions. Elle conçoit Going Space en résonance avec l’architecture américaine Daylight Factory de la Manufacture des Oeillets, qui jouit d’un point de vue immersif sur le panorama urbain.

    Depuis toujours, Caecilia Tripp s’intéresse à la question de la construction, de la fluidité et du dépassement des identités. Influencé par « the play of the trickster » - soit une forme de résistance par la ruse, à l’oeuvre dans des rituels collectifs, moyens de transgression des frontières sociales et culturelles - son travail est empreint de codes tels le détournement, le déguisement, la réinterprétation et le reenactement.

    En quête d’espaces d’invention qui permettent de déterritorialiser les identités, elle inscrit son travail dans un contexte historique mouvant, à la croisée de la globalisation et de nos imaginaires sociaux. Poètes, chorégraphes, musiciens, philosophes, historiens, « voleurs du jour », physiciens et astronomes sont les protagonistes, ou compagnons de processus participatifs qu’elle a menés entre Paris, Bombay, Dakar, New York et les Caraïbes. À travers des installations filmiques et sonores, des photographies, sculptures et performances, Going Space invite le visiteur au fil d’une géographie fluide dans des espaces migratoires, et fait résonner notre mondialité (E. Glissant) à l’échelle du cosmos. Sous la forme d’une archive vivante de nos luttes, l’exposition célèbre nos rêves collectifs d’un avenir partagé.

    Au centre de l’exposition, l’oeuvre Scoring the Black Hole est « une célébration de nos liens invisibles à travers une chorégraphie dont la partition se trace sur une toile noire, et une composition musicale cosmique de nos échos irréversibles »

    Dates 15/01/2016 - 20/03/2016
    Site officiel Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique