Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Cyprien Gaillard

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Cyprien Gaillard et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Cyprien Gaillard

Cyprien Gaillard, UR, Underground Resistance and Urban Renewal

2011, sérigraphies sur verre et marbre fossile noir, 241 x 246,5 cm chaque

Cyprien Gaillard, Geographical Analogies 02

2006 – 2011, technique mixte ; 65 x 48 x 10 cm (avec cadre), 25 5/8 x 19 x 4 inches (sans cadre)

Cyprien Gaillard, Geographical Analogies 04

2006 – 2011, technique mixte ; 65 x 48 x 10 cm (avec cadre), 25 5/8 x 19 x 4 inches (sans cadre)

Cyprien Gaillard

Prix Marcel Duchamp 2010

  • billet

    billets

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    précedent

    Cyprien Gaillard au centre Pompidou - 15/11/2011

    /

    Achetez vos billets coupe-file pour l'exposition Cyprien Gaillard dès maintenant ! Le paiement des tickets est sécurisé.


    logo-Digitick Visite simple 0 € Achetez vos billets >

    Le Centre Pompidou accueille une exposition monographique de Cyprien Gaillard, dixième lauréat du Prix Marcel Duchamp, du 21 septembre 2011 au 9 janvier 2012. Depuis 10 ans, l’Association pour la diffusion internationale de l’art français (l’ADIAF) et le Centre Pompidou travaillent en étroite collaboration pour faire vivre ce prix de collectionneurs et permettre aux artistes nommés de présenter leur travail à travers une première exposition personnelle à l’Espace 315. Cyprien Gaillard, comme les lauréats précédents, propose une « installation-exposition » conçue spécifiquement pour cet espace. Déplacements temporel et historique du musée du Louvre aux Halles de Paris, ce projet promet dépaysement et voyage entre le passé et le futur. Les Nominés 2011 du Prix Marcel Duchamp sont Damien Cabanes, Mircea Cantor, Guillaume Leblon et Samuel Rousseau. Ils participent à l’exposition présentée durant la Fiac 2011, du 2 au 23 octobre au Grand Palais.

    Dates 21/09/2011 - 09/01/2012
    Domaine art contemporain
    Période XXIe siècle
    Site officiel Centre Pompidou
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique
    • 08/01/2012

      dès lors qu’il faur comprendre avant d’avoir une éventuelle émotion,est ce encore de l’art?

    • ';
    • 08/01/2012

      Très beaux travaux photographiques : les villes ont été photographiées dans leur très grande banalité, parfois sordidité (?), sans aucune présence humaine … L’hommage à Hubert Robert, le peintre des ruines, est d’ailleurs évoqué. Les polaroïds, qui enduisent tous clichés d’une couche jaunâtre, permettent à CG de présenter des compositions aux harmonies colorées du plus bel effet … Les installations au centre de la salle se révèlent incongrues … Peut-être la nécessité de remplir l’espace, pas vraiment conçu pour accueillir les petites compositions constituées de 9 polaroïds standards.

    • ';
    • 05/01/2012

      Trop répétitif à mon gout, mais intéressant dans le détail, ça mériterait d’être plus grand :)

    • ';
    • 10/12/2011

      Scénographie non inintéressante (!), mais les œuvres semblent sans rapport : structures métalliques et losanges de polaroids ne communiquent pas, hélas. L’espace est beau, le propos semble plein, mais la coquille est vide…

    • ';
    • 08/12/2011

      Le propos de l’artiste est poétique et nous fait certes voyager. Les installations ont séduit mon oeil trop peu flatté d’habitude. On s’impatiente un peu devant les polaroïds qui s’accumulent et rappellent, à raison, les interminables visites des musées d’histoire…

    • ';
    • 25/11/2011

      Des toutes petites photos mal exposées dans une grande salle qui parait vide. Les analogies sont intéressantes mais un livre aurait été un meilleur support. Et les autres objets, on se demande ce qu’ils font là.

    • ';
    • 25/11/2011

      Excellente utilisation du support polaroïd. Ses mosaïques colorées ne laissent pas non plus de côté l’aspect objectif de la photographie et constituent une sorte de kaléidoscope des ruines du monde. Beau et intelligent.

    • ';
    • 23/10/2011

      Cyprien #Gaillard a reçu le Prix Marcel Duchamp en 2010. Avec l’exposition du #centrepompidou, on ne comprend malheureusement pas pourquoi. Un vide existentiel qui laisse complètement hermétique, alors que je suis convaincu de son talent. Je crois que ce n’est pas l’artiste qu’il faut remettre en question…

    • ';
    • 22/09/2011

      J’adore ces rapprochements photographiques, qui font voyager dans l’espace, dans le temps, et dans tant de références qu’il faut très certainement voir et revoir cette exposition. Dommage que le catalogue soit aussi cher… (60 euros !)

    • ';
    • 21/10/2011

      Entre les neuf fragments qui composent chaque « planche » d’images, entre chaque planche également, se créent des liens formels touchant à l’Histoire, la géologie ou l’archéologie. (…) Beaucoup moins riche métaphoriquement apparaît la série de présentoirs à enjoliveurs que l’artiste a rapportée de Lima. Ces « Structures péruviennes » répondent de manière à la fois hâtive et compassée aux photographies comme à la tête sumérienne empruntée au Musée du Louvre (…).
      Voir le site >>

    • 18/10/2011

      Le travail de Cyprien Gaillard s’y révèle à sa juste mesure : insignifiant jusqu’à l’énervement devant tant de vide et de condescendance. (…) Les « présentoirs » métalliques jaunes géométriques pour jantes et enjoliveurs automobiles qui dominent l’espace de la salle sont négligemment intitulés Structures péruviennes. Gaillard les a dénichés à Lima ; c’est un globe-trotter, un artiste mondialisé. Un emprunteur d’idées et d’images surtout.
      Voir le site >>

    • 23/09/2011

      La première vision est superbe. (…) Hélas, quand on pénètre dans la pénombre de l’Espace 315, ces promesses ne sont guère tenues (…). Tout cela manque de maturité et de distance, et déçoit plutôt après la force de la première pièce. Heureusement, en partant, un Mède du palais de Sargon II * sourit du coin des lèvres : sauvé de la ruine, muséifié, il résiste à toute réappropriation, à toute damnatio memoriae.
      Voir la critique complète >>

    • 22/09/2011

      À voir ses images mélancoliques, fanées, empilées en quinconce ou en mosaïque de briques Lego, on comprend que ce voyageur incessant, qui ne sait pas conduire, est un artiste au naturel déconcertant. (…) C’est peut-être cet art de la suggestion, proche de la poésie ou de l’art oratoire, qui rend Cyprien Gaillard si populaire en Asie.
      Voir la critique complète >>

    Ils ont envie de la voir (84)

    • nicolasdeleudeville
    • phonad
    • zeno34
    • sacha.rey2540
    • burntovice
    • mathilde.simonian
    • mariecharvet
    • davidpacheco
    • Argonaute du Pacifique
    • g-defour
    • elodieal
    • nicolas-muller
    • julie.eugene
    • amar.pauline
    • juste.peciulyte
    • clemenceplag
    • balestrerilucile
    • fabmuse56
    • morgane.baer
    • Rouckaque
    • cl.lafuente
    • sofianews
    • flavio.bonuccelli
    • cecile.camart
    • Sofka
    • oanmissa
    • alexandra.teboul
    • arnaud_degiovanni
    • naialabeille
    • ewaelyn
    • angelica.vincent
    • ines-m-
    • arnaud.jean.dubois
    • laura.cousseran
    • clara.hadjiboghossian
    ...et 49 autres personnes

    Ils l'ont vue (151)

    • corinegd
    • papposilene
    • nanou
    • kirikoo
    • varna
    • sofinet
    • henri-wormser
    • zenon
    • sandra.soetens
    • maxbonhomme
    • chloe.bringuier
    • jean.csap
    • helixfelix
    • alice.martel
    • enora
    • fumiko_shioda
    • camilleserra
    • eleonore.dornano
    • suguye234567
    • la.styliste
    • rejane
    • epure
    • liliabouheraoua
    • julie.monne
    • kliokra
    • anna-f
    • STEPHANIE
    • chachapecq
    • gaelle.astierperret
    • renise_82
    • aurore
    • cornu.nicole2799
    • pika.depokmon
    • plastickr
    ...et 116 autres personnes