Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Michel Ariane. La Rhétorique des marées - Vol.2

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Michel Ariane. La Rhétorique des marées - Vol.2 et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Michel Ariane. La Rhétorique des marées - Vol.2

Ariane Michel, "La Rhétorique des marées", capture vidéo, 2015 (œuvre filmée : Dominique Mahut, "L’attachement aux sirènes").© tous droits réservés.

Michel Ariane. La Rhétorique des marées - Vol.2

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    Pour la première étape du projet La Rhétorique des marées, Ariane Michel a invité une vingtaine d’artistes à exposer leurs œuvres aux forces de la mer, sur le rivage du Cap Sizun. Pour la seconde étape – une exposition personnelle à La Criée –, elle montre, entouré d’autres pièces, le film qu’elle a tourné pendant le processus de l’exposition, depuis l’installation des œuvres jusque leurs disparitions.

    Dans la lignée des précédents travaux de l’artiste, La Rhétorique des marées cherche à nous défaire de cette perception du monde qui nous est familière, qui pose l’Homme au centre, protégé et singularisé par la Culture au milieu d’une Nature dont il se distingue. Comme Philippe Descola le souligne, pour un indien d’Amazonie, un Inuit, un Aborigène ou un nomade Monghol, les termes « Nature » et « Culture » n’existent pas : ce « grand partage du Monde » n’a été décrété qu’une fois, en Europe, à l’époque de Descartes, pour se répandre durablement dans les représentations et briser les relations magiques existant partout entre les Humains et ce qui les entoure*.

    Or depuis longtemps les films et dispositifs d’Ariane Michel travaillent à gommer cette césure. Non pas en faisant une œuvre militante qui aurait pour but de convaincre, mais en fabriquant des expériences sensorielles formant une sorte de nouveau moule pour l’inconscient.

    En déplaçant le centre de notre perception pour le disposer un peu partout auprès de ce qui nous entoure, elle tente de rétablir des chemins, des trajectoires de pensée afin que se retissent les liens ténus que notre inconscient peut entretenir avec son environnement.

    Comme dans son film Les Hommes, le nouveau film d’Ariane Michel construit pour le spectateur un renversement de la perception. Adoptant le point de vue du paysage, il questionne la présence des artistes et la nature de leurs gestes : les artistes sont-ils des animaux comme les autres ? Le geste artistique peut-il être envisagé comme un geste « Naturel » ? Les œuvres d’art, successivement soumises à l’épreuve des forces de l’océan, de l’atmosphère, des passants et autres bêtes, avancent ici quelques réponses fragiles. Le film et l’installation à La Criée propagent l’onde et les souvenirs de cette expérience.

    Dates 18/03/2016 - 15/05/2016
    Site officiel La Criée centre d’art contemporain
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique