Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
 Pierre Delaunay, peintre angevin (1870-1915)

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Pierre Delaunay, peintre angevin (1870-1915) et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Pierre Delaunay, peintre angevin (1870-1915)

La Maine à Bouchemaine, 1905, huile sur toile, coll. Jean-Noël Marionneau

Pierre Delaunay, peintre angevin (1870-1915)

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    Dans le cadre de la nouvelle "Saison des musées", les musées d'Angers rendent hommage au peintre angevin Pierre Delaunay, mort au front il y a tout juste 100 ans, lors du premier conflit mondial. L'exposition s'inscrit dans le cadre des Commémorations nationales de la Première guerre mondiale.

    En 1885, un jeune apprenti chez un peintre décorateur parcourt, rêveur, les salles du musée des Beaux-Arts d’Angers. Il écrit à sa famille : « Ah ! La peinture, que c’est beau ! Je voudrais devenir artiste ». Devenu élève de l’école des beaux-arts, Pierre Delaunay dit passer au musée une partie de ses dimanches. Il était donc légitime qu’en ce centième anniversaire de sa mort sur le front de l’Artois en 1915, le musée des Beaux-Arts lui rende hommage en ce lieu qui fut le témoin de sa vocation et de sa formation.

    Exposée dans la galerie d’actualité, une sélection de son œuvre conservée par les musées d’Angers, comptant pas moins de 68 dessins et 14 peintures, et augmentée de prêts issus de la générosité de sa famille, permet de comprendre son itinéraire artistique. Ses productions réalisées à Angers, encore étudiant, puis lors de ses vacances, alors qu’il est devenu parisien, sont présentées au 1er étage dans le cabinet d’arts graphiques. Sa formation académique à l’École nationale des beaux-arts de Paris lui impose de grandes compositions religieuses. Le service militaire, comme pour beaucoup d’hommes de sa génération, reste un moment marquant et lui inspira plusieurs décors pour les salles de la caserne Desjardins. Mais ce sont ses sorties autour de Paris (Bois de Boulogne, Bagatelle), ses déplacements en Champagne chez la duchesse d’Uzès, et surtout sur la Côte d’Azur, puis dans l’Yonne avec le peintre Harpignies, qui le révélèrent comme paysagiste. Les deux années passées à Rome (1911-1913) sont sans doute les plus fécondes de sa carrière qui commence tout juste à s’affirmer. Mais la guerre de 1914 vient briser le rêve d’une grande exposition personnelle qui ne sera réalisée qu’en 1919, tant à Angers (Salon des amis des arts) qu’à Paris (Galerie G. Petit).

    L’abondante correspondance, les nombreux objets et photographies issus de collections particulières, nous permettent de reconnaître l’homme courageux, épris de son art et très apprécié dans son milieu artistique.

    Dates 20/06/2015 - 28/09/2015
    Domaine peinture
    Site officiel Musée des Beaux-Arts d’Angers
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique