Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Benyounès Semtati

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Benyounès Semtati et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Benyounès Semtati

Benyounès Semtati. L\'inutile comme volonté de représentation

Benyounès Semtati. L\'inutile comme volonté de représentation

Benyounès Semtati. L\'inutile comme volonté de représentation

Benyounès Semtati. L\'inutile comme volonté de représentation

Benyounès Semtati. L\'inutile comme volonté de représentation

Empire State Africain Collage sur bois 88 x 60 cm, 2014

Benyounès Semtati

L'inutile comme volonté de représentation

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    La galerie VivoEquidem est heureuse de recevoir Benyounès Semtati pour l’exposition « L’inutile comme volonté de représentation ». À travers une sélection d’œuvres produites en 2014, l’artiste nous propose de l’accompagner dans le monde qu’il traverse sans cette « obsession insipide d’être utile ».

    Utilisant du carton de récupération, la gouache, le crayon ou la craie, Benyounès Semtati refuse l’artifice de la virtuosité et le clinquant de l’objet d’art minutieusement élaboré. C’est une liberté pour lui de ne pas trop penser au modus operandi, même si on entrevoit un grand savoir-faire dans Nature Morte où il a peint avec élégance des pommes sur le papier imprimé de sac de maraîchers.

    Sans être nihiliste, il évoque l’inutile comme un antidote à une sorte de sécheresse mentale et peut-être même sociale. Ne pas toujours chercher l’utilité, l’efficacité ou la réussite dans tous les actes de la vie est aujourd’hui une gageure pour l’individu en général et pour l’artiste en particulier.

    Dates 12/03/2015 - 25/04/2015
    Domaine peinture
    Période XXIe siècle
    Site officiel VivoEquidem Galerie
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique