Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Ce qui ne sert pas s

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Ce qui ne sert pas s'oublie et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Ce qui ne sert pas s'oublie

Onésimo Ventura Martínez avec une des branches de sa collection. Photo de Jorge Satorre, 2014

Pauline M’barek, Trophy stands, 2011. Courtesy Thomas Rehbein Galerie, Cologne, Germany. Photo Simon Vogel

Uriel Orlow, A Very Fine Cast (110 years), 2007. Installation view, Edinburgh Art Festival. Photo DR

Wendelien van Oldenborgh, La Javanaise, 2012. Courtesy Wilfried Lentz Rotterdam and the artist

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    L'exposition Ce qui ne sert pas s’oublie explore la vie des objets, vie durant laquelle ils circulent, accumulant de l’information et intégrant un processus historique.

    Les objets ne comportent pas nécessairement une signification, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient insignifiants. Cependant, c’est à travers le langage que nous, humains, tentons de les intégrer dans cette constante création de sens dans laquelle nous nous embarquons. Mais les objets ne sont pas des entités passives et observables ; au contraire les objets nous interrogent, nous séduisent, nous repoussent, nous transforment somme toute. Cette exposition tente de célébrer leurs relations, leur capacité à affecter l’autre, à la fois humains et non-humains, et les relations dynamiques que nous établissons avec eux.

    La plupart des œuvres présentes dans l’exposition font référence à l’appropriation et la circulation des objets, ainsi qu’à la production des objets, tout comme aux strates de production culturelle, spirituelle et identitaire dont ils s’entourent et qu’ils créent à la fois. Ce qui ne sert pas s’oublie s’efforce de comprendre comment la relation au monde matériel engendre des processus ouverts d’assimilation, d’acculturation, de réappropriation et de ritualisation. Le titre évoque une forme de coexistence dans laquelle les sujets – et plus fréquemment les êtres humains – et les objets s’affectent l’un l’autre, s’objectivant et se « subjectivant » constamment, brouillant les frontières.

    Dates 22/01/2015 - 03/05/2015
    Site officiel CAPC – musée d’art contemporain de Bordeaux
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique