Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Lee Bul

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Lee Bul et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Lee Bul

Lee Bul, Mon grand récit: Weep into stones, 2005. © photo : Watanabe Osamu. Courtesy : Galerie Galerie Ropac, Paris-Salzburg - Copyright : Courtesy of Mori Art Museum

Lee Bul, Souterrain (détail de l\'intérieur), 2012. Contreplaqué sur cadre en bois, miroir acrylique, peinture alcyke. 274 x 360 x 480 cm. Vue de l\'exposition Lee Bul au MUDAM (Luxembourg), 2013-2014. Photo : Rémi Villagi. © Lee Bul

Lee Bul, Via Negativa (détail de l\'intérieur), 2012. Bois, miroir acrylique, miroir sans tain, éclairage LED, peinture alkyde. Environ 290 x 600 x 600 cm. Vue de l\'exposition Lee Bul au MUDAM (Luxembourg), 2013-2014. Photo : Rémi Villagi. © Lee Bul

Lee Bul, After Bruno Taut (Beware the sweetness of things), 2007. Cristal, verre et perles acryliques sur armature en acier inoxydable, aluminium et maille de cuivre, PVC, acier et chaînes d\'aluminium. 258 x 200 x 250 cm. © photo : Watanabe Osamu. C

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    L’exposition de Lee Bul (née en 1964) présente le travail prolifique et protéiforme d’une des figures les plus importantes de la scène artistique contemporaine coréenne.

    Dans la salle centrale, les visiteurs pourront pénétrer dans 4 à 5 installations monumentales labyrinthiques produites par l’artiste. À proximité seront montrées des œuvres graphiques réalisées au cours des 20 dernières années ainsi qu’un ensemble de maquettes préparatoires pour ses installations. Il s’agit de la première exposition muséale monographique de l’artiste en France depuis la présentation de son installation "On every new Shadow" à la Fondation Cartier à Paris en 2007.

    Lee Bul raconte depuis 30 ans une histoire dans laquelle elle établit d’étonnantes relations entre les diverses formes de la création visuelle et les différents terrains de l’imagination. Elle interroge sur la pertinence des grandes histoires mythologiques et scientifiques qui donnent l’illusion que l’humain est capable de recréer complètement la réalité biologique et, par là aussi, la réalité sociale. Elle mêle dans ses œuvres la création permanente de mythes, d’utopies et les diverses perspectives de développement d’une forme nouvelle de l’existence avec la représentation de son univers personnel, ses doutes, sa solitude mais aussi les espoirs et la joie du créateur.

    Elle offre une vision révisée de notre relation avec la nature et les corps humain et animal, en y introduisant des représentations scientifiques, des éléments de science-fiction et des utopies. Ses créations imaginaires, simulacres modernes, accueillent des aliens, des messagers d’un univers inconnu, étranger et angoissant et interagissent avec notre réalité post-moderne. Cet amalgame offre une poésie inattendue dans laquelle la solitude du créateur et la tristesse des pseudo-réalités se mêlent à un hédonisme et une euphorie nés de découvertes et d’imagination libre. Cet utopisme poétique met en relation design, architecture et sculpture dans une forme sensible et génère une végétation sensuelle de nouvelles figures encore jamais vues.

    Au même moment, le musée présente le travail de deux jeunes designers coréens Hye-Yeon Park (née en 1984) et Seung Yong Song (né en 1978).

    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir

      Soyez le premier à ajouter cette exposition à vos favoris.

    Ils l'ont vue (1)

    • Clementine.post
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.