Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Alessandro Roma

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Alessandro Roma et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Alessandro Roma

Untitled, 2014, two fabrics, printed, color, 130 x 300 cm

Untitled, 2014, two fabrics, printed, color, 130 x 300 cm

Untitled, oil on canvas, 96 x 91 cm

Untitled, oil on canvas, 96 x 91 cm

Untitled, 2014, pencil and color spray on paper, 30 x 42 cm

Untitled, 2014, pencil and color spray on paper, 30 x 42 cm

Untitled, oil on canvas, 96 x 91 cm

Untitled, oil on canvas, 96 x 91 cm

Untitled, 2014, pencil and color spray on paper, 30 x 42 cm

Untitled, 2014, pencil and color spray on paper, 30 x 42 cm

Untitled, 2014, pencil and color spray on paper, 30 x 42 cm

Untitled, 2014, pencil and color spray on paper, 30 x 42 cm

Untitled, oil on canvas, 96 x 91 cm

Untitled, oil on canvas, 96 x 91 cm

Alessandro Roma

Locus Amoenus

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    La galerie sobering est heureuse d’annoncer Locus amoenus, la première exposition personnelle d’Alessandro Roma à Paris. Alessandro Roma privilégie la construction de paysages imaginaires, où se superposent des motifs végétaux, des textures et des techniques, et qui relatent les pérégrinations mentales de l’artiste. Ce dernier explore les limites de la tradition picturale et développe une réflexion sur la nature de la perception. Il s'intéresse plus spécifiquement à l’appréhension du réel. Les récits qu’il élabore relèvent d’une incontestable démarche onirique. L’accumulation des matériaux dans l’œuvre d’Alessandro Roma engendre des récits enchâssés. Il met en place un jeu de perceptions plurielles où l’imagination et la mémoire sont mêlées. Dans Les mythologies du jardin de l'antiquité à la fin du XIXe siècle, de Gérard Peylet, « le jardin est un motif au fort potentiel merveilleux car il est lié à une idée de beauté, de luxuriance et de perfection. […] On a donc affaire à un rêve d’abondance parfaitement utopique qui est un invariant mythique dans nombre de civilisations ». Les images archétypales du jardin sont très présentes dans le travail d’Alessandro Roma à travers les motifs floraux et végétaux. Dans sa conception antique, il s’agit d’un lieu où s’opèrent des métamorphoses constantes. Le jardin présente cependant une ambiguïté : il est un paysage qui s’ouvre à l’observateur, mais il est également une terre à explorer dont la forme labyrinthique rappelle la mémoire d’une topographie déjà connue. Dans ses collages et ses peintures, l’espace est fragmenté : découpé, additionné, superposé. En résulte un équilibre pointu entre abstraction et figuration, où le regard se perd, se brouille, mais où l’œil parvient à fixer son attention sur un point, une forme, vague réminiscence de sensations connues. Ses œuvres présentent une dimension anthropomorphique, où l’accumulation d’éléments organiques esquisse les lignes d’un portrait. Les sculptures provoquent une sensation trouble, où plusieurs images se confondent, rappelant tantôt une souche d’arbre, un buste ou une fourrure animale. Enfin, les tentures invitent l’imaginaire à reconstituer la vision d’un paysage, leur superposition induisant l’idée de profondeur. La notion de locus amoenus est explicitée par Christine Dupouy qui la définit comme un « lieu […] aimable, [qui] présente un certain nombre de caractéristiques toujours identiques, dictées largement par le contexte méditerranéen. On recherche l’ombre, la fraîcheur, propices au dialogue philosophique et à l’échange poétique : arbres, grottes, gazons, sources et fleurs y sont les bienvenus. » Les œuvres d’Alessandro Roma invitent l’imaginaire à s’y promener et à réécrire les métamorphoses qui s’y sont produites.

    Dates 04/12/2014 - 24/01/2015
    Domaine art contemporain
    Site officiel sobering galerie
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique