Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Sade. Marquis de l

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Sade. Marquis de l'ombre, prince des Lumières et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Sade. Marquis de l'ombre, prince des Lumières

Jean de la Fontaine, Contes et nouvelles en vers, Amsterdam : chez Henry Desbordes, 1685. © Coll.privée / Musée des Lettres et Manuscrits, Paris

Sade. Marquis de l'ombre, prince des Lumières

L'éventail des libertinages du XVIe au XXe siècle...

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets


    Nous n'avons pas de billets disponibles pour cette exposition. Découvrez nos offres spéciales de billetterie dès maintenant !


    IMPORTANT ! L'exposition se tient à l'Institut des Lettres et Manuscrits, 21 rue de l'Université (Paris 7e).

    Alors que l’on célèbre cette année le bicentenaire de la mort du Marquis de Sade (1740-1814), l’Institut des Lettres et Manuscrits expose pour la première fois en France l’une des œuvres les plus décriées de la littérature française : le rouleau autographe des 120 journées de Sodome ou l’École du libertinage. Écrit en 1785 par le Marquis de Sade sur un rouleau de papier mince, alors qu’il était emprisonné à la Bastille, ce manuscrit lui survécut et fut retrouvé lors de la prise de la forteresse. Son sauvetage et son histoire sont dignes d’un roman feuilleton, animé par 30 ans d'exil et de querelles juridiques.

    Après en avoir fait l’acquisition au printemps dernier, le groupe Aristophil dont je suis le président, a décidé de révéler au public dans le cadre d’une exposition consacrée au divin marquis et aux différentes formes de libertinages du XVIe au XXe siècle. Donatien de Sade était « un esprit libre dans un corps enfermé ». L’enfermement (Sade passa près de vingt-huit ans de sa vie en prison) fut en effet le moteur de son écriture et c’est en fait la prison qui a fait de lui un écrivain. Tous les romans de Sade sont donc les œuvres d’un homme emprisonné, et Les 120 journées de Sodome n’échappent pas à la règle. L’obsession des geôliers de Sade et de leurs commanditaires qui maintenaient le gentilhomme en prison, était de mettre la main sur ses manuscrits afin de tuer la subversion à la racine. C’est la raison pour laquelle craignant que son texte ne soit saisi, l’écrivain décida de le transférer sur un support plus facile à dérober aux fouilles de ses gardiens.

    Dates 26/09/2014 - 18/01/2015
    Domaines arts graphiques
    littérature
    photographie
    Périodes XXe siècle, XVIe siècle
    Site officiel Institut des Lettres et Manuscrits
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils ont envie de la voir (6)

    • varna
    • gautier.broux
    • aurore.hondet
    • pascom
    • gbexpo
    • charlotte.brtd

    Ils l'ont vue (1)

    • scolomb
    Personne n'a vu cette exposition, soyez le premier.