Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Systemoids

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Systemoids et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Systemoids

Jos Näpflin, Hiver Ciel Horizon, 2011

Jos Näpflin, Hiver Ciel Horizon, 2011

Jos Näpflin, Le Collectionneur A, 2013

Jos Näpflin, Le Collectionneur A, 2013

Jos Näpflin, Le Collectionneur C, 2013

Jos Näpflin, Le Collectionneur C, 2013

Jos Näpflin, Concrètement tourné à 90°, 2010

Jos Näpflin, Concrètement tourné à 90°, 2010

Systemoids

Solo show de Jos Näpflin

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    La galerie sobering est heureuse d’annoncer Systemoids, la première exposition personnelle de Jos Näpflin à Paris. Dans le Manifeste Dada de 1918, Tristan Tzara déclare que « le plus acceptable des systèmes est celui de n’en avoir par principe aucun. » Jos Näpflin, bien que n’ayant pas une approche systématique – en témoigne la variété de ses médiums et des problématiques qu’il aborde – rapproche cependant certaines de ses œuvres de ce qu’il nomme des « systemoids ». Le systemoid est analogue à un système mais n’en est pas vraiment un. D’ailleurs, l’artiste ne souhaite pas élaborer des systèmes, mais plutôt des amorces de systèmes, établies non pour être comprises mais pour faire comprendre. Chaque œuvre fonctionne comme un systemoid distinct, s’apparentant ainsi à l’étymologie du mot « système » qui signifie « mettre en rapport, instituer, établir. » Le diptyque Systemoid: KONKRET 90° gedreht / Concrètement tourné à 90° se compose de deux photographies d’un même arbre gravé, caractérisé par l’intervention humaine : l’une présente l’arbre en position verticale, l’autre en position horizontale. Contrairement au sens de lecture spontané qui voudrait que la seconde image soit la conséquence de la première, l’arbre abattu a été photographié à terre, puis l’artiste lui a rendu sa place initiale par une rotation de 90°. Jos Näpflin inverse le lien de causalité par la transposition de l’arbre, et évoque en filigrane l’art concret, dont le manifeste accordait une place prépondérante aux notions d’espace, de ligne et de mouvement. La position de l’arbre traduit l’impact humain sur la nature, puisque l’Homme grave l’arbre, l’abat ou lui donne une existence virtuelle. TAG est un wall drawing qui rassemble une collection de 250 mots ayant la particularité d’être employés en allemand, en anglais et/ou en français et dont les sens varient d’une langue à l’autre. Les mots espacés de 50cm semblent être organisés selon un système, pourtant l’artiste utilise un processus stochastique en les piochant dans une boîte. Chaque mot a une double lecture. Pris individuellement, le mot révèle la somme de ses acceptions mais également sa variété sémantique en fonction de la langue dans laquelle il est employé. Pris dans un contexte, le mot, par association avec d’autres vocables, crée des correspondances et génère des histoires courtes, comparables à une composition aléatoire. D’ailleurs, « tag » est un terme polysémique ; il signifie en allemand « jour », mais en anglais et par extension en français, il rappelle les signes et inscriptions envahissant l’espace urbain. Enfin, dans son acception la plus contemporaine « tag » symbolise, à l’ère 2.0, un mot-clé ou un terme associé. Le Collectionneur traduit la tension qui existe entre le moineau et la branche dont les extrémités sont ornées de bijoux ou de fil de soie. Ces objets hétéroclites trahissent le besoin humain de possession et son corolaire, la collection. L’oiseau est une métaphore de l’Homme, qui réunit autour de lui des objets et les accumule. Le Collectionneur interroge l’origine de ce désir d’appropriation, et traduit physiquement, par l’ambiguïté de la position du moineau sur la branche, l’échelle de valeurs des objets, et, par là même, l’opposition entre leur valeur objective et leur valeur subjective. Les œuvres de Jos Näpflin sont construites comme une constellation d’éléments, qui sont autant de correspondances et d’échos à sa vie, à son expérience et à sa subjectivité. Le systemoid n’est pas directement intelligible, néanmoins les éléments qui le constituent sont des indicateurs permettant une compréhension globale de l’œuvre, et ce, par la visualisation d'une pensée et non d'une méthode.

    Dates 04/09/2014 - 18/10/2014
    Domaine art contemporain
    Site officiel sobering galerie
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique