Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Un Art secret

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Un Art secret et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Un Art secret

09-espace1-filec-ceinture-p1090668reduite

Collection ALEP : ceintures talismaniques. Crédit : IMA, Manu Somot

ant_alep30572ceint1bclmonnaie

Collection ALEP. Ecritures talismaniques contenues dans une ceinture

ant_alep35060sengorlotdetail

Collection ALEP. Ceintures talismaniques

ant_08-espace1-filec-caisson-p1090811

Collection ALEP. Talismans. Crédits : IMA, Manu Somot

Un Art secret

Les écritures talismaniques de l'Afrique de l'Oues...

  • check

    j'ai vu

XExposition terminée

Fermer

Achetez vos billets

    En Afrique de l’Ouest, des hommes répondent aux besoins intimes des populations en les recevant en consultation. Parmi les solutions qu’ils leur proposent figurent, de façon non exclusive, la confection de talismans à écriture. Leur origine ne se trouve pas en Afrique, mais dans le monde musulman arabe. Les modèles les plus répandus sont ceux d’al-Bûnî (m. 1225). Transcrits sur papier, les talismans sont confiés à un cordonnier qui les coud dans diverses sortes d’amulettes. Le client, la plupart du temps illettré en arabe, ne voit jamais les écritures, exception faite des rares objets et tuniques à écriture apparente. Sur la question du caractère autorisé ou non des pratiques talismaniques, les docteurs musulmans ont des avis divergents (ikhtilâf). Les besoins auxquels répondent les talismans peuvent souvent être découverts à partir des textes qui les composent. Ils poursuivent deux grands types d’objectifs : l’évitement ou la protection du malheur et la réalisation d’une palette de souhaits. L’usage d’une amulette est personnel et sa durée de vie variable. S’il lui est attribué une efficacité, elle sera précieusement conservée, transmise à des héritiers ou des amis, mais souvent disparaîtra avec son possesseur. L’amulette peut être rendue inefficace du fait d’un contact avec des choses impures, désinvestie du fait d’un changement de croyances ou d’infortunes. Une tunique coûteuse portée pour remporter des élections ou un match est abandonnée, voire jetée après la défaite, ce qui est vrai aussi pour tout objectif réalisé ou non. Ces différentes circonstances de jetage sont à l’origine de cette collection ALEP, constituée depuis 30 ans auprès de récupérateurs de la décharge à ordures de Dakar. Commissaires scientifiques : Alain Epelboin (CNRS-MNHN), Constant Hamès (CNRS-EHESS), Eric Delpont (IMA) Scénographie : Alice Geoffroy Graphisme : Emmanuel Somot Coordination : Lucie Lequien (IMA) L’exposition réunit des peintures sous verres, des amulettes, des talismans sortis de leurs étuis et dépliés, des vêtements talismaniques, des photographies, des vidéos apportant la confection et l’usage des talismans, des photographies. Visite-atelier Après une visite ludique de l’exposition, les enfants découvrent dans un atelier plastique la richesse du patrimoine d’Afrique de l’Ouest à travers les pistes explorées lors de la visite. Découvrir les talismans à écritures, les arts du textile ou les contes de cette région du monde, autant de façons d’apprendre en s’amusant. De 5 à 12 ans Durée de l’atelier : 1h30

    Dates 09/09/2014 - 21/12/2014
    Domaine ethnographie
    Site officiel Institut du monde arabe en Nord-Pas de Calais
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique