Votre action a été enregistrée avec succès !
Fermer x
Denis Deprez

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Denis Deprez et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Denis Deprez

denis-deprez-wewerehere-surface-d-echange-fratcures-ordinaires-acrylique-sur-papier-300-gr-2014-115-x-37-cm-c-courtesy-huberty-breyne-gallery

Denis Deprez

  • like

    S'abonner

0expo en cours

Fermer

Achetez vos billets

    Denis Deprez - WeWereHere - Surface d'échange - Fratcures Ordinaires - Acrylique sur papier 300 gr - 2014 • 115 x 37 cm (c) Courtesy Huberty Breyne Gallery20/03/2015

    https://youtu.be/HJEbDQrAVmM
    /

    En 2008, Denis Deprez rompt avec la bande dessinée. Ni peintre, ni poète, ni photographe, ni vidéaste, pourtant il peint, écrit, photographie et filme, se souciant avant toute chose des lieux d’émergences de l’image. Au cours de ses déplacements géographiques, il scrute des lieux vides, où la figure humaine paraît avoir été soustraite, extirpée de l’image. C’est la naissance d’un projet, Fractures. Le programme circulaire de Fractures se déploie entre la peinture, la photographie et la vidéo. La tension dynamique et parfois contradictoire entre le lieu et le paysage motive le processus à ces différents niveaux. Durant ses déplacements proches ou lointains, il photographie, filme. Les images retenues des lieux / paysages constituent un corpus. Ce corpus devient un lieu d’archives personnelles. Cette matière archivée va lentement sédimenter. Et comme la montagne rejette les fossiles, le corpus d’archives va révéler des images qui prendront un sens particulier en fonction des liaisons qu’elles vont tisser avec d’autres images. Depuis la maquette sous vitrine du navire de l’explorateur Stanley sur le fleuve Congo, jusqu’à une bande de bitume s’enfonçant dans la mer, au pied d’une falaise, chaque image se fait l’écho d’une autre. Ou encore, des têtes de gazelles, de buffles et autres gnous, trophées accrochés dans les caves d’un musée répondant au miroir d’un théâtre italien qui reflète des loges vides. Fractures n’est que chaos, chaos d’images de pierres, nuages évanescents, horizons marins, couloirs, caves, trophées, portes obscures de temples indiens, miroirs, mannequins décapités, vitrines. Tout cela comme un réseau d’images d’un monde « impossible », fiction, construction labyrinthique d’une mémoire géographique. Fractures serait la reconfiguration antinaturelle d’un lieu ou d’un paysage.

    Nationalité
    Domaines Peinture
    Sexe Masculin
    • nom_membre

      Connectez-vous

      Pour poster une critique

    Ils sont abonnés