Votre action a été enregistrée avec succès !

Publiez une expo

Nadia Djabali

Inscrivez vous gratuitement pour suivre l'exposition Nadia Djabali et bénéficiez d'offres exceptionnelles exclusives.

Nadia Djabali

  • like

    S'abonner

0expo en cours

Fermer

Achetez vos billets

Nadia Djabali au 59 rue de Rivoli à Paris 12/09/2012

/

Nadia Djabali est née en 1965 à Paris. Après des études d’Histoire contemporaine et de sciences politiques à la Sorbonne, elle décide de s’orienter vers une formation en édition. Nadia regarde son parcours comme une « musique du hasard », qui l’emmènera vers le journalisme, vers les Antilles ou vers la sculpture. Des hasards au gré des rencontres, des hasards qui peu à peu façonneront sa démarche artistique. Elle s’intéresse d’abord à la soudure à l’arc, elle passe ensuite à la peinture. Peindre ou sculpter sont des exutoires, un besoin compulsif. Pour Nadia, chaque jour est précieux, chaque œuvre est importante. C’est ce besoin constant d’exprimer qui transparaît aujourd’hui dans ses toiles. Son travail d’artiste mêle le journalisme, la photographie, la peinture et l’illustration. Sur ses tableaux, elle colle les mots qui lui tiennent à cœur, ceux qui sont le reflet de ses états d’âme ou de ses coups de colère. Elle trouve son inspiration autant chez Basquiat que chez Garcia Marquez. Nadia aime à expérimenter, à changer de technique. Pastels gras, collages, peinture à l’huile, feuille d’or se mélangent, pour véhiculer poétiquement un message parfois sombre sur la réalité du monde. Elle nous parle de la dureté de notre réalité animale. Toujours en recherche et en doute, elle change également de thème. Elle met en image les mots du discours de Nicolas Sarkozy à Dakar ou les brise-glace qui passent le détroit de Béring. Dans une matériauthèque numérique, elle puise les éléments de ses œuvres et trouve son inspiration dans une lecture éclectique et parfois effrénée. Fascinée par les Caraïbes, qu’elle découvre vers l’âge de vingt ans, et dans lesquelles elle reviendra souvent, Nadia reste définitivement attirée par cette région du monde. Elle rêve aujourd’hui d’y retourner, pour découvrir ou redécouvrir cet espace. C’est en Yougoslavie et en 1997 que Nadia montre pour la première fois ses travaux; puis, elle exposera régulièrement aux Portes ouvertes Carré d’art, au Lavoir Moderne Parisien, à la Fnac Forum et à la Galerie Art Factory puis à l’Art de Rien, et plus récemment dans la Chapelle du Collège de Carpentras.

  • nom_membre

    Connectez-vous

    Pour poster une critique

Ils sont abonnés

prev next